Le service Conjoncture et Développements sectoriels réalise régulièrement un suivi de la conjoncture ayant comme objectif d’observer l’évolution récente de l’activité économique en Belgique.

Outre un aperçu résumant les principales observations récentes, ce monitoring comprend 3 volets.

Le premier volet est constitué des développements conjoncturels de l’économie belge par l’analyse de statistiques récentes des principaux indicateurs économiques tels que le PIB, l’emploi et l’inflation. Les données utilisées proviennent de Statbel, de la Banque nationale de Belgique, de l’Institut des Comptes Nationaux (ICN), d’Eurostat et de l’ONEM.

Que retenir de l’évolution conjoncturelle de l’économie belge  pour le deuxième trimestre de 2023 en glissement annuel ?

  • Le PIB de la Belgique a progressé de 1,3 %, soutenu intégralement par la demande intérieure. Les dépenses de consommation publique sont en repli pour la première fois depuis début 2020.
  • Les services jouent le rôle de moteur de la croissance économique en Belgique.
  • Si La production est en recul dans l’industrie manufacturière, elle progresse dans le secteur de la construction.
  • Le dynamisme entrepreneurial reste fort en Belgique malgré une croissance plus importante des entreprises radiées.
  • Le taux de chômage s’est réduit.
  • L’inflation (IPCH) continue également de s’amenuiser sous l’effet d’un recul des prix énergétiques.

Le deuxième volet passe en revue les échanges commerciaux, tant au niveau des principaux produits exportés que des partenaires à l’exportation et à l’importation, grâce aux données de la Banque nationale de Belgique (ICN). 

Cette section nous apprend, par exemple, que près de deux tiers des exportations belges de biens sont destinées au marché intra-européen et que les pays voisins de la Belgique en sont les principaux débouchés. À l’extérieur de l’Union européenne, ce sont les États-Unis d’Amérique qui ont de l’importance pour les exportations belges. Enfin, la Belgique est essentiellement un pays exportateur de produits chimiques et de produits minéraux.

Le troisième volet couvre les prévisions de croissance à court terme pour la Belgique et les principales zones économiques. Elles sont fournies sous la forme d’un tableau synthétique. Pour ce faire, les données du Bureau fédéral du Plan sont utilisées pour la Belgique, tandis que celles émanant des organismes internationaux tels que le FMI sont utilisées pour les autres zones économiques.

Si la croissance de l’économique belge devrait ralentir en 2023 pour la deuxième année consécutive, une accélération devrait se produire en 2024. En revanche, après avoir connu des niveaux records en 2022, l’inflation s’amoindrirait une première fois en 2023 et une deuxième fois en 2024.

La Belgique en bref

La Belgique est l’un des six pays fondateurs de l’Union européenne. En plein cœur de l’Europe de l’Ouest, sa position constitue sans aucun doute un aspect essentiel pour son économie. Bruxelles, sa capitale, accueille un grand nombre d’institutions européennes et internationales.

La Belgique est par nature une petite économie ouverte : « petite » par son produit intérieur brut (PIB à prix courants) de 554 milliards d’euros en 2022, représentant 3,5 % du PIB de l’Union européenne (UE27 ; 15.906,4 milliards d’euros), ou 4,1 % du PIB de la zone euro (13.423,9 milliards d’euros), et « ouverte » par son degré d’ouverture de 96,5 % (87,0 % en 2021). 

Structure de la Belgique

La Belgique est divisée en trois régions :

  • la Région de Bruxelles-Capitale,
  • la Région flamande et
  • la Région wallonne.

Sa population est répartie en trois groupes linguistiques

  • les néerlandophones,
  • les francophones et
  • les germanophones,

c’est pourquoi le pays comprend également trois communautés :

  • la Communauté flamande,
  • la Communauté française et
  • la Communauté germanophone.

La Belgique est dotée d’une infrastructure de communication hautement développée dans l’ensemble du pays et de l'un des réseaux de télécommunications à large bande les plus développés d'Europe. La Belgique possède donc un large éventail de modes de transport et d'infrastructures. Par exemple, elle possède un réseau de routes principales, de voies ferrées et de voies navigables. Le pays dispose aussi d’aéroports internationaux (Bruxelles, Liège, Charleroi, Ostende, Anvers et Courtrai) et de ports maritimes (Anvers, Zeebrugge, Gand et Ostende).

Population

La Belgique présente une superficie de 31.000 km² et compte près de 11,7 millions d’habitants au 1er janvier 2023, dont 50,7 % de femmes et 49,3 % d’hommes. Avec près de 1 %, l’accroissement de la population observé entre 2022 et 2023 est largement supérieur au taux de croissance habituel (0,5 %) en raison principalement du solde migratoire international positif à la suite de la guerre en Ukraine. 

Comme le montre le graphique de la pyramide des âges, la population est vieillissante en Belgique. Avec les Pays-Bas, notre pays est l’un des plus densément peuplés d’Europe.

Création de valeur ajoutée

L’économie belge, comme toute économie moderne et industrialisée, est caractérisée par l’importance grandissante des services. En 2022, les services marchands (incluant le commerce de gros, le commerce de détail, les activités financières et d’assurance) représentaient 55,6 % de la valeur ajoutée brute totale, contre 14,1 % pour l’industrie et 5,3 % pour la construction.

La part restante est répartie entre :

  • les services non marchands (y compris les soins de santé; 21,3 %) ;
  • l’énergie (2,9 %);
  • les industries extractives (0,7 %);
  • l’agriculture (0,1 %).

Malgré une part relative moindre, l’industrie manufacturière est essentielle pour l’économie belge car, en plus de générer une part importante de services marchands, elle crée de la valeur ajoutée et satisfait la demande étrangère grâce aux exportations.

Secteurs clés de l’industrie belge

En 2022, les secteurs clés de l’industrie belge sont :

  • l’industrie pharmaceutique (19,2 % du total de la valeur ajoutée),
  • l’industrie chimique (15,1 %),
  • les industries alimentaires et de boissons (13,9 %),
  • la métallurgie et la fabrication de produits métalliques (12,6 %).

Selon les indicateurs structurels européens publiés par Eurostat, le PIB par habitant en Belgique, exprimé en parité de pouvoir d’achat, s’est élevé à 121 en 2022 contre 100 pour la moyenne de l’Union européenne (UE27). Il s’agit par ailleurs du meilleur résultat de la Belgique depuis 2015. Le PIB belge par habitant est stable par rapport à 2021. La Belgique reste un des pays les plus riches de l’Union européenne, se classant à la sixième place, juste derrière l’Autriche ex-aequo avec la Suède

Dernière mise à jour
18 décembre 2023