Table of Contents

    La Belgique, petite économie ouverte de près de 11,7 millions d’habitants, se situe en plein cœur de l’Europe de l’Ouest. En 2022, son PIB était de 554 milliards d’euros. L’économie jouit d’une bonne infrastructure de communication ainsi que d’une main-d’œuvre hautement qualifiée.

    Du fait de son ouverture, les échanges commerciaux sont essentiels pour la Belgique. Par ailleurs, 65 % des exportations belges sont destinées au marché intra-européen. Les pays voisins de la Belgique constituent ses principaux partenaires commerciaux. Il s’agit de l’Allemagne, de la France et des Pays-Bas. Le commerce extérieur a connu une croissance particulièrement vive en 2022.

    Le solde de la balance commerciale s’est amélioré et le déficit a atteint près de 0,6 milliard d’euros en 2022.

    Secteurs porteurs

    En 2022, les entreprises belges ont principalement exportés des produits issus des industries chimiques, mais également des produits minéraux, des véhicules et matériels de transport ainsi que des machines et appareils électriques et des métaux de base.

    En 2022, l’industrie pharmaceutique était le principal secteur de l’industrie manufacturière à créer de la valeur ajoutée, suivie par l’industrie chimique et les industries alimentaires et de boissons.

    Croissance et PIB

    Le rythme de croissance annuelle du PIB a ralenti en Belgique en 2022 (+3 %). Au deuxième trimestre de 2023, la Belgique a connu une hausse de son PIB de 1,3 % à un an d’écart, toutefois moindre que celle enregistrée au trimestre précédent (+1,7 % à un an d’écart). Les investissements, les dépenses de consommation privée et la variation des stocks ont soutenu la croissance économique, tandis que les exportations nettes et les dépenses de consommation publique ont pesé négativement sur l’évolution favorable du PIB observée au deuxième trimestre de 2023.

    Les services constituent à l’accoutumée le principal moteur de la croissance économique belge. En 2022, ils ont quasi intégralement soutenu la croissance de l’activité économique. Ils continuent d’ailleurs de jouer ce rôle aux premier et deuxième trimestres de 2023. à l’inverse, l’industrie manufacturière hors construction a pesé sur la croissance économique lors de ce trimestre, l’amputant de 0,5 point de pourcentage.

    Indice de production

    Après avoir nettement rebondi en 2021, la production de l’industrie manufacturière hors construction s’est légèrement repliée en 2022 tout en restant à un niveau élevé. Le recul se poursuit toutefois en  2023. Après avoir reculé de 2,9 % au premier trimestre de 2023, la production a une nouvelle fois fléchi au deuxième trimestre de 2023, reculant de 4,3 %. Il s’agit de la cinquième baisse consécutive. La production dans la construction a toutefois établi au deuxième trimestre de 2023 un nouveau plus haut trimestriel.

    Démographie des entreprises

    La démographie des entreprises s’est encore montrée vigoureuse en 2022, avec un plus grand nombre de créations que de cessations d’entreprises et un solde net de 48.796 unités. Il s’agit du plus grand solde net observé sur la période 2018-2022. Le dynamisme entrepreneurial s’est également confirmé au deuxième trimestre de 2023, avec un solde net positif de 8.044 unités, toutefois celui-ci est inférieur à celui du trimestre correspondant de 2022.

    Marché de l’emploi

    Dans son ensemble, l’année 2022 a enregistré une évolution favorable sur le marché de l’emploi : le taux d’emploi s’est inscrit à la hausse et le taux de chômage total ainsi que celui des jeunes de moins de 25 ans ont tous les deux diminué.

    Alors que le premier trimestre de 2023 a mis fin à l’amélioration des taux de chômage observée au cours des quatre trimestres de 2022 (en glissement annuel), le deuxième trimestre de 2023 renoue avec la tendance précédente. Le taux de chômage total s’est ainsi chiffré à 5,5 % (contre 5,6 % un an auparavant) et celui des moins de 25 ans à 14,7 % (contre 17,0 % un an auparavant). Par contre, le taux d’emploi s’est dégradé, il s’est établi à 65,9 % au deuxième trimestre de 2023 (contre 66,0 % un an plus tôt), en diminution de 0,1 point de pourcentage à un an d’écart.

    Inflation

    L'inflation mesurée par la variation de l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) a atteint en 2022 le niveau record de 10,3 %, principalement sous l’effet d’une hausse des prix énergétiques, cette composante expliquant à elle seule plus de la moitié de l'inflation totale enregistrée en 2022.

    Au cours des trois premiers trimestres de 2023, l’inflation s’est repliée sous l’effet d’une diminution des prix énergétiques atténuant la pression inflationniste exercée par les autres catégories de produits. Elle s’est ainsi chiffrée à 1,6 % au troisième trimestre de 2023, tandis qu’elle se montait  encore à 5,9 % au premier trimestre de la même année.

    Perspectives de croissance

    En ce qui concerne les perspectives de croissance à court terme de l'économie belge, le Bureau fédéral du Plan indique, dans sa publication de septembre 2023, que la croissance économique belge devrait ralentir en 2023 pour atteindre 1,0 %, avant d’accélérer quelque peu en 2024 (1,3 %).

    Dernière mise à jour
    18 décembre 2023