Table of Contents

    La Belgique, petite économie ouverte de près de 11,7 millions d’habitants, se situe en plein cœur de l’Europe de l’Ouest. En 2023, son PIB était de 584,7 milliards d’euros. Du fait de son ouverture, les échanges commerciaux sont essentiels pour la Belgique. Par ailleurs, 63,8 % des exportations belges sont destinées au marché intra-européen. Les pays voisins de la Belgique constituent ses principaux partenaires commerciaux. Il s’agit de l’Allemagne, de la France et des Pays-Bas. Le commerce extérieur a connu un repli particulièrement marqué en 2023, à la fois pour les exportations et les importations de biens. Le solde de la balance commerciale s’est amenuisé et le déficit a atteint près de 20,9 milliards d’euros en 2023.

    Secteurs porteurs

    En 2023, les entreprises belges ont principalement exporté des produits issus des industries chimiques, mais également des produits minéraux, des véhicules et matériels de transport ainsi que des machines et appareils électriques et des métaux de base.

    En 2022, l’industrie pharmaceutique était le principal secteur de l’industrie manufacturière à créer de la valeur ajoutée, suivie par l’industrie chimique et les industries alimentaires et de boissons.

    Croissance et PIB

    Le rythme de croissance annuelle du PIB a ralenti en Belgique, passant de 3 % en 2022 à 1,4 % en 2023. Au quatrième trimestre de 2023, la Belgique a connu une hausse de son PIB de 1,3 % à un an d’écart, soit une valeur équivalente à celle enregistrée au trimestre précédent. Avec une contribution de 0,8 point de pourcentage pour chacune d’elles, la consommation privée et les exportations nettes ont été les principaux moteurs de la croissance économique au quatrième trimestre de 2023, à l’inverse des investissements qui y ont contribué négativement (-0,4 point de pourcentage). Les variations de stocks ont également amputé la croissance du PIB sur cette période à hauteur de 0,3 point de pourcentage.

    Les services constituent à l’accoutumée le principal moteur de la croissance économique belge. En 2023, ils ont intégralement soutenu la croissance de l’activité économique et en ont constitué le principal moteur lors de chaque trimestre de 2023. Le secteur de la construction a soutenu, bien que modestement, la croissance du PIB au quatrième trimestre de 2023 (0,1 point de pourcentage, tout comme au trimestre précédent). à l’inverse, l’industrie manufacturière hors construction continue de peser sur la croissance économique au quatrième trimestre de 2023, l’amputant de 0,7 point de pourcentage. Il s’agit de sa quatrième contribution négative successive.

    Indice de production

    Si la production de l’industrie hors construction (sections B+C+D) s’est légèrement repliée en 2022 tout en restant à un niveau élevé, le retrait s’est toutefois amplifié en 2023, en s’affichant à -7,3 %. La production s’est réduite au cours des quatre trimestres de 2023 en glissement annuel. Au dernier trimestre de 2023, la baisse de la production pour l’industrie hors construction s’est chiffrée à 9,9 %, par comparaison au trimestre correspondant de l’année précédente. La production dans le secteur de la construction est haussière depuis 2021.

    Confiance des entrepreneurs

    En 2023, la confiance des entrepreneurs s'est à nouveau détériorée en Belgique, perdant 7,7 points par rapport à 2022. Cette tendance à la baisse s'observe dans tous les secteurs, bien qu'à des degrés divers. Toutefois, c'est l’industrie manufacturière qui connaît la plus forte baisse de confiance en 2023, en raison de la détérioration des perspectives d'emploi et de la baisse de la demande attendue.

    Démographie des entreprises

    La démographie des entreprises s’est encore montrée vigoureuse en 2023, avec un plus grand nombre de créations que de cessations d’entreprises et un solde net de 25.659 unités. Il s’agit cependant du plus faible solde net observé sur la période 2019-2023. Le dynamisme entrepreneurial s’est également confirmé au quatrième trimestre de 2023, avec un solde net positif de 5.514 unités, toutefois celui-ci est inférieur à celui du trimestre correspondant de 2022.

    Faillites

    Au total, 10.208 faillites ont été enregistrées en Belgique en 2023, soit 978 faillites de plus qu'en 2022 (+10,6 %). C'est le secteur de la construction (F) qui a enregistré le plus grand nombre de faillites en 2023, avec 2.230 faillites, soit 277 faillites de plus qu'en 2022 (+14,2 %). Avec 3,8 % de hausse, le secteur de l'agriculture, de la sylviculture et de la pêche (A) a connu la plus faible augmentation en pourcentage du nombre de faillites, passant de 80 faillites en 2022 à 83 faillites en 2023. Le secteur des services, le plus grand secteur de l'économie, est également celui dans lequel le nombre de faillites a le plus augmenté en chiffres absolus en 2023 (+654 faillites ; +9,6 %).

    Marché de l’emploi

    Dans son ensemble, l’année 2023 a enregistré une évolution favorable sur le marché de l’emploi : le taux d’emploi s’est inscrit à la hausse et le taux de chômage total ainsi que celui des jeunes de moins de 25 ans ont tous les deux diminué.

    L’amélioration des taux de chômage observée au cours des trimestres de 2022, en glissement annuel, s’est poursuivie au cours des trimestres de 2023 mais uniquement pour le chômage total, exception faite du premier trimestre de 2023. Cependant, le taux de chômage des jeunes connaît une augmentation en glissement annuel au cours des différents trimestres de 2023, à l’exception du deuxième trimestre de 2023, où la diminution a été suffisante pour qu’il connaisse une baisse sur l’ensemble de l’année. Le taux de chômage total s’est ainsi chiffré à 5,5 % et celui des moins de 25 ans à 17,0 % au quatrième trimestre de 2023, contre respectivement 5,7 % et 15,9 % un an plus tôt. Quant au taux d’emploi, il s’est inscrit à nouveau à la hausse au quatrième trimestre de 2023, après deux baisses successives, s’établissant à 66,9 % (contre 66,8 % un an plus tôt).

    Inflation

    Après 4 trimestres de baisses consécutives, l’inflation, mesurée par l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), est repartie à la hausse au premier trimestre de 2024 pour se chiffrer à 3 %. Bien qu’influençant toujours négativement l’inflation, la composante énergétique y contribue de manière moindre (-0,8 point de pourcentage au premier trimestre de 2024 à comparer à -5,6 points de pourcentage au quatrième trimestre de 2023). Bien qu’en décélération, les 4 autres groupes de produits pris ensemble ont contribué positivement à l’inflation sur l’ensemble du premier trimestre 2024 (+ 3,8 points de pourcentage).

    Perspectives de croissance

    Le Bureau fédéral du Plan indique, dans sa publication de février 2024, que la croissance économique belge devrait se stabiliser à 1,4 % en 2024. La croissance économique ralentirait toutefois légèrement en 2025, où elle se limiterait à 1,3 %.

    Selon les perspectives du FMI d’avril 2024, la croissance du PIB mondial ralentirait en 2023 pour se limiter à 3,2 % avant de se stabiliser à ce même niveau en 2024 et 2025.

    Dernière mise à jour
    12 juin 2024