Table of Contents

    Lors de la souscription d’une assurance contre l’incendie, les parties peuvent convenir d’assurer également les dégâts des eaux. Toutefois, cette couverture n'est pas obligatoire. Par conséquent, les parties ne sont pas tenues de souscrire à cette couverture. Aussi, le texte ci-après reflète ce que le secteur des assurances propose généralement. Par ailleurs, afin de savoir si vous êtes assuré contre les dégâts des eaux et connaître l’étendue de votre couverture, lisez les termes de votre contrat.

    Veillez à ne pas confondre l’assurance contre les dégâts des eaux avec l’assurance contre les inondations. L’assurance contre les dégâts des eaux couvre généralement les dommages causés par des fuites d’eau provenant des installations hydrauliques du bâtiment et/ou des bâtiments adjacents, des conduites extérieures servant à récolter les eaux de pluie ou résultant d'une fuite dans le toit. Les fuites d’aquariums, si leur taille n’est pas trop importante, sont également assurées. L’assureur couvre non seulement les dégâts des biens assurés mais également les frais liés à l’ouverture et la fermeture des murs, sols et plafonds, nécessaires afin de rechercher les installations défectueuses et d’y accéder.

    Généralement, l’assureur ne couvre pas la réparation de l’installation défectueuse. En effet, l’assurance contre les dégâts des eaux n’est pas un contrat d’entretien et l’assureur part du principe que le propriétaire du bâtiment entretient son bien en bon père de famille.

    Attention : il s’agit souvent d’une couverture limitée, pour laquelle l’assureur fixe un seuil d’intervention maximum.

    Dernière mise à jour
    15 janvier 2018