Les entreprises de courtage matrimonial sont tenues d'utiliser un contrat-type, en application de l’arrêté royal du 18 novembre 2005 relatif au contrat-type de courtage matrimonial.

Le contrat de l’entreprise de courtage matrimonial doit reprendre littéralement le contenu du contrat-type légal, sans en modifier, ni l’ordre, ni la forme, ni le contenu.

Principales mentions obligatoires du contrat-type

Les principales mentions obligatoires du contrat-type sont :

  • une description des services ;
  • un délai de réflexion obligatoire de 7 jours ouvrables durant lequel aucun acompte ni paiement quelconque ne peut être exigé ou accepté ;
  • l'indication des prix et les modalités de paiement ; le paiement peut être échelonné, en fonction de la durée du contrat ;
  • une durée du contrat de trois, six, neuf ou douze mois ;
  • l'interdiction du renouvellement du contrat par tacite reconduction ;
  • les informations fournies au client ;
  • le profil du client et de la personne recherchée ;
  • le nombre de rencontres ;
  • les obligations du client ;
  • l'utilisation des données personnelles ;
  • la suspension des services ;
  • la résiliation du contrat par les parties, moyennant une indemnité éventuelle fixée par la loi en fonction de l'expiration d’un délai variant selon la durée du contrat ;
  • le nombre de clients, en fonction de l’âge, du sexe, du lieu de résidence, de la nature de l’activité professionnelle et de la situation familiale.
Dernière mise à jour
15 janvier 2018

Dernières actualités pour ce thème

  1. Protection des consommateurs
    Entreprises

    Le SPF Economie recherche de nouveaux collaborateurs et des stagiaires

  2. Protection des consommateurs
    Services financiers

    Bien s’assurer pour voyager en toute tranquillité

  3. Protection des consommateurs

    Pour votre maison, faites valoir vos droits !