""

Vous avez reçu via les réseaux sociaux la photo d’un enfant atteint d’une maladie rare. Le message qui accompagne la photo dit que le traitement pour le soigner coûte beaucoup d’argent. Votre cœur parle et vous vous décidez à verser de l’argent sur le numéro de compte mentionné.

Méfiance, si vous le faites, vous risquez de devenir la victime d’une fraude caritative !

Comment procèdent les escrocs dans la fraude caritative ?

Dans ce genre de fraude, les escrocs abusent de la compassion et de le générosité de leurs victimes. Ils les contactent par e-mail mais aussi via les réseaux sociaux. Dans leurs messages, ils font référence à des organismes de bienfaisance qui collectent des fonds pour venir en aide à des enfants malades ou à des victimes de catastrophes (tremblement de terre, tsunami, famine, guerre...). Parfois ils n’hésitent pas à utiliser les logos de ces associations pour appuyer leurs messages.

Leur demande est toujours la même : verser de l’argent à ces organismes de bienfaisance. Dans leur message, ils invitent leurs victimes à cliquer sur un hyperlien qui les conduira vers une page web ou un formulaire de virement. Cette page et ce formulaire sont en réalité faux car créés de toute pièce par les escrocs. De cette façon, ils vont récupérer les coordonnées personnelles des victimes (nom, prénom, adresse, copie de carte d’identité ou de passeport). Ils s’en servent par la suite pour monter d’autres arnaques et commettre d’autres actes frauduleux. Et si les victimes remplissent le formulaire de virement, les escrocs disposent désormais de leurs données bancaires personnelles.

Dans ce type de fraude, les escrocs utilisent des techniques de phishing. Retrouvez plus d’infos sur la page "Vous avez reçu un message d’un organisme connu avec un hyperlien".

Conseils pour éviter les fraudes caritatives

  • Avant de verser de l’argent à un organisme de bienfaisance, vérifiez sur le site officiel de l’organisme qu’une collecte de dons est en cours et que le numéro de compte est le même que celui du message qui vous a été adressé.
  • Ne vous laissez pas attendrir par des histoires dramatiques. Demandez-vous pourquoi vous êtes la personne qui devrait apporter un soutien financier au lieu de la famille, des amis… Ne versez pas d’argent à une personne que vous n’avez pas rencontrée physiquement.
  • Ne vous mettez pas en danger et ne mettez pas votre identité en péril. N’accordez pas trop vite votre confiance et gardez vos informations personnelles pour vous.
  • Au moindre doute, n’hésitez pas à en parler avec votre entourage, vos amis, vos proches. Deux avis valent mieux qu’un.

Autre type d’arnaque : arnaques aux animaux de compagnie

« Je ne peux plus m’occuper de mon chien à cause de problèmes de santé », « Je viens d’avoir un enfant et il est allergique aux chats, je ne peux donc pas le garder », « Chiot de race pour 200 euros ». Ces types d’annonce sont fréquents sur les réseaux sociaux. Parfois cela est vrai, parfois non !

Tout est bon pour récolter de l’argent de manière frauduleuse, y compris se servir des animaux et parfois de leurs souffrances.

Dans ce domaine aussi, les escrocs jouent avec les sentiments de leurs victimes à l’égard des animaux ou proposent des animaux à la vente à des prix extraordinairement bas par rapport aux prix pratiqués habituellement.

Indices pour vous aider à repérer les annonces animaux de compagnie douteuses

  • Sachez que la vente d’animaux via les réseaux sociaux est interdite. Un éleveur professionnel ne peut donc pas utiliser ce type de canal de communication.
  • Si l’annonce ne mentionne pas de numéro d’entreprise ou de numéro d’agrément (autorisation d’élevage), vous n’avez pas affaire à un éleveur professionnel établi en Belgique. Méfiance !
  • Si on vous propose un animal de race à un prix extrêmement bas, dites-vous bien que c’est sans doute trop beau pour être vrai.
  • L’animal est en danger de mort ou d’abandon, selon l’annonce.
  • Le nombre de photos de l’animal est restreint.
  • Le vendeur prétend ne pas pouvoir vous envoyer de photos de la portée ou de la mère de l’animal.
  • Le vendeur vous refuse de voir l’animal en vrai avant de l’adopter ou d’avoir payé certains frais.

Conseils pour éviter le piège des annonces d’animaux de compagnie douteuses

  • Si vous ne connaissez pas personnellement l’auteur de l’annonce, redoublez de prudence avant d’adopter ou d’acheter un animal.
  • Préférez les sites spécialisés de vendeurs agréés si vous souhaitez acheter un animal de race.
  • Contrôlez la légitimité du site : vérifiez sa date de création, sa réputation auprès d’autres internautes...
  • Vérifiez que les données de l’agrément du vendeur correspondent à celles reprises sur le site de l’autorité régionale belge qui a donné l’agrément.
  • Si l’éleveur est établi à l’étranger, renseignez-vous sur l’obligation éventuelle d’un agrément (autorisation d’élevage) dans ce pays.
  • Ne vous fiez pas à une seule photo. Demandez à recevoir d’autres photos, si possible avec les parents ou la portée. Les jeunes animaux évoluant très vite, essayez d’avoir des preuves de l’âge de l’animal et de cette évolution.
  • Vérifiez la provenance des photos en faisant une recherche par image sur internet. La photo pourrait avoir été volée sur un autre site ou signalée comme faisant partie d’une arnaque.
  • Renseignez-vous à propos des conditions de transport international et d’importation de l’animal si le vendeur se trouve à l’étranger. Vous trouverez ces informations sur le site du SPF Santé publique.
  • Ne payez pas avant d’avoir vu l’animal en vrai. Une photo ou une vidéo ne suffisent pas.
  • Lorsque vous finalisez la transaction, utilisez un système de paiement par lequel votre argent ne sera versé qu’après la livraison effective de l’animal.

Victime d’une fraude caritative ou d’une arnaque aux animaux de compagnie ? Que pouvez-vous faire ?

  • Vous avez payé ? Contactez le plus rapidement possible votre propre banque et les banques concernées. Si votre paiement est suffisamment récent, votre banque essaiera de suspendre le transfert ou de faire bloquer le compte afin que les escrocs ne puissent plus agir. Mais sachez que dans la plupart des cas, vous ne reverrez probablement jamais votre argent.
  • Si vous avez communiqué des données bancaires personnelles, modifiez immédiatement vos mots de passe et code PIN.
  • Contactez directement votre banque ou la société émettrice de votre carte de crédit si vous craignez que de l'argent soit prélevé en votre nom.
  • Appelez Card stop (078 170 170) et faites bloquer votre carte si vous avez communiqué vos données de carte de crédit.
  • Parlez-en à votre famille, vos amis et vos connaissances. Vous n’êtes pas la seule personne à avoir été arnaquée de cette manière. Discuter peut vous aider, mais peut aussi empêcher d'autres personnes d'être victimes des mêmes pratiques frauduleuses.
  • Déposez plainte auprès de la police locale.
  • Signalez l’arnaque sur le Point de contact du SPF Economie. Vous recevrez des conseils et des informations sur les démarches à entreprendre ainsi que les coordonnées des personnes pouvant vous aider. Vous empêcherez peut-être d’autres personnes de tomber dans le piège.
Dernière mise à jour
23 novembre 2023

Dernières actualités pour ce thème