Statuts Facebook piratés

Le SPF Economie met en garde les utilisateurs de réseaux sociaux du type Facebook ou Netlog contre des nouvelles pratiques commerciales déloyales : l'utilisation de leur statut pour faire de la publicité trompeuse et inciter les utilisateurs à commander des pilules miracles pour maigrir.

Le SPF Economie invite les utilisateurs de ces réseaux sociaux à changer de mot de passe !

Mots de passe volés !

Nous vous conseillons tout d’abord de changer vos mots de passe sur Facebook, Netlog, ainsi que sur vos adresses e-mail de type Hotmail, Gmail ou Yahoo. En l'été 2011, des e-mails prétendument envoyés par des amis ont incité les internautes à utiliser une application leur proposant de savoir qui les bloque sur les réseaux sociaux, ou encore de connaître les mots de passe de leurs amis. En apparence, ces applications semblaient émaner de véritables sites web, mais ce n’était en réalité que des copies. Pour utiliser cette application, les utilisateurs devaient confirmer leurs données d’identification et également leur mot de passe. Il s’agit de phishing, pratique utilisée par des arnaqueurs afin de soustraire vos données personnelles (mots de passe, numéro de carte de crédit, codes secrets, etc.) et de les utiliser à mauvais escient.

Des statuts Facebook piratés !

Certains utilisateurs de Facebook sont déjà victimes du piratage de leur compte. Des messages publicitaires ou malveillants sont postés sur les statuts des utilisateurs à leur insu. Quelle ne fut pas la surprise d’« Evelyne » en constatant que son statut avait été piraté et indiquait des propos indécents à caractère sexuel la concernant.

Publicité trompeuse pour des pilules miracles et achat forcé

Pierre, une autre victime a constaté que son statut avait été piraté afin de faire de la publicité trompeuse incitant à commander des échantillons gratuits de pilules miracles pour maigrir : Pierre « a perdu 4 kilos grâce au nouveau nettoyeur de colon commandé gratuitement sur le site ColonCleanerXL.Com. Commandez votre échantillon gratuit ! ».

Nous avons également constaté que la société commercialisant ces pilules miracles (Baies d’Açaï, Colon Cleanse) utilisait également les colonnes publicitaires sur Facebook. Les utilisateurs ayant commandé l’échantillon gratuit de ces pilules se sont vus pris au piège dans un système d’achats forcés.

En effet, afin de recevoir l’échantillon gratuit, les utilisateurs doivent donner leurs coordonnées ainsi que le numéro de leur carte de crédit afin d’être débités des frais de port pour l’envoi des échantillons. Le problème est que ces utilisateurs reçoivent ensuite un deuxième colis dont le prix (85 €) a été débité directement sur leur carte de crédit et pour lequel ils n’avaient pas donné leur accord.

En outre, les conditions de vente de la société commercialisant les pilules ne sont pas claires à ce sujet et donc trompeuses. Les consommateurs n’ont pas conscience qu’ils sont tenus par un contrat d’abonnement à durée indéterminée, consistant à recevoir chaque mois les pilules avec débit automatique de la carte de crédit. De plus, lorsque l’utilisateur ne souhaite pas commander les échantillons gratuits, et donc quitte les sites web concernés, un pop up apparait l’incitant encore une fois à profiter de l’offre d’essai gratuite, en omettant de mentionner la conclusion d’un contrat.

Par ailleurs, le SPF Economie a prévenu les services concernés de la Santé publique de la commercialisation de ces pilules miracles et lui a demandé de se prononcer sur l’efficacité réelle de celles-ci, voire sur le danger qu'ils représentent éventuellement pour la santé des consommateurs.

Le SPF Economie invite les victimes, qui ont commandé ces pilules et qui souhaitent contester la facturation des colis futurs, à introduire une contestation auprès de leur émetteur de carte de crédit.

Conseils pour l’avenir

Le SPF Economie invite tous les utilisateurs à la prudence et particulièrement à :

  • se méfier des offres trop belles pour être vraies ;
  • se méfier des sites Web qui demandent un numéro de carte de crédit alors que le service est prétendument gratuit ;
  • vérifier que l’offre d’essai gratuit n’est pas conditionnée à la souscription d’un abonnement ;
  • ne pas répondre à des e-mails qui sollicitent l’identifiant et le mot de passe, même s’ils semblent être expédiés par un prestataire connu ; 
  • changer régulièrement ses mots de passe.

Si, malheureusement, vous avez été victime d’une arnaque à la consommation, nous vous encourageons à dénoncer cette pratique auprès de la Direction générale de l'Inspection économique.

Dernière mise à jour
11 avril 2018

Dernières actualités pour ce thème

  1. Protection des consommateurs

    Escroc au bout du fil ? Sachez le reconnaître !

  2. Protection des consommateurs
    Entreprises

    Vous êtes en litige avec une entreprise et vous ne trouvez pas de solution ? 

  3. Protection des consommateurs

    Agents immobiliers agréés