La protection des bases de données par la propriété intellectuelle

Les bases de données sont susceptibles de recevoir une double protection : 

  1. Un droit particulier, appelé droit "sui generis" protège le contenu de la base de données, c'est-à-dire l’ensemble des données qu’elle contient. Le droit sui generis peut protéger les bases de données, même à défaut d’originalité de celles-ci. L’objectif de la protection par le droit sui generis est de protéger les investissements réalisés dans le secteur des bases de données et d’empêcher la reprise des bases de données par des concurrents.

    Les dispositions relatives à la protection des bases de données par le droit sui generis se trouvent dans une loi particulière du 31 août 1998 sur la protection des bases de données (LBD).

  2. Le droit d’auteur protège la structure de la base de données, si elle est originale.

    La protection par le droit d'auteur ne suffit pas pour protéger les bases de données dans la mesure où l’originalité fait souvent défaut pour des bases de données dont la présentation se veut méthodique et exhaustive.

    La protection des bases de données par le droit d'auteur est réglée par la loi du 30 juin 1994 relative aux droits d’auteur et aux droits voisins (LDA).

Il est possible de cumuler les deux protections (par le droit sui generis et le droit d’auteur) pour une même base de données, si elle satisfait aux conditions des deux régimes.

Dernière mise à jour
15 janvier 2018

Dernières actualités pour ce thème

  1. Propriété intellectuelle

    26.04.2018 Journée mondiale de la propriété intellectuelle – Thème de cette année : « Innovation et créativité : les femmes, moteur du changement»