Digital Champion

En 2011, 14 % de la population n’avait jamais utilisé internet en Belgique et 24 % en Europe. 

Fort de ce constat, la Commission européenne avait invité en 2012 chaque Etat membre à désigner un champion du numérique (Digital Champion ). Cette personne a pour mission de sensibiliser les citoyens et les entreprises à l’importance des technologies numériques et à internet.

En effet, par l’adoption de l’Agenda numérique (Digital Agenda, en anglais), la Commission entend attribuer au secteur IT un rôle moteur dans la recherche de la croissance et de la compétitivité de l’économie européenne. L’Agenda numérique est en effet, une des 7 initiatives phares de la stratégie Europe 2020 qui vise à renforcer la compétitivité européenne. 

Répondant à cet appel, le Vice-Premier ministre Johan Vande Lanotte avait désigné Madame Saskia Van Uffelen pour assumer cette mission. Son mandat a été reconduit en 2014 par le Vice-Premier ministre et ministre de l’Agenda numérique Alexander De Croo.

L’Agenda numérique définit sept piliers (ou domaines d’actions prioritaires). Chaque Etat membre est ainsi invité à mettre en œuvre les mesures nécessaires identifiées dans chacun de ces piliers. 

Le SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie est chargé de la mise en œuvre de l’Agenda numérique au niveau national. A cette fin, il a créé un comité de pilotage composé des représentants des Communautés et des Régions. 

Le sixième pilier de l'Agenda numérique

Le 6ème pilier de l’Agenda numérique vise à favoriser la culture, l’intégration, ainsi que les compétences numériques de tous les citoyens en général, mais aussi des professionnels du secteur. 

9.000 emplois d’ingénieurs TI (au sens large) seraient vacants en Belgique.  La pénurie n’est pas propre à la Belgique.  En effet, la Commission prévoit qu'en 2015, c’est plus de 700.000 emplois qui seront vacants en Europe. Par ailleurs, le nombre de diplômés en informatique en Belgique (mais aussi ailleurs en Europe) est largement insuffisant pour répondre à la demande : en 2011, les diplômés en informatique représentaient seulement 1,9 % de l’ensemble de tous les diplômes délivrés (ce chiffre est de 3,6 % au niveau de l’UE). En outre, 53 % des Belges estiment leur niveau de maîtrise des technologies insuffisant pour changer ou trouver un emploi. Or, les TIC sont présents dans tous les secteurs de l’économie et dans un proche futur, 90 % des jobs requerront un certain niveau d’alphabétisation numérique. 

Dans ces circonstances, l’acquisition et le développement des compétences numériques sont une condition indispensable à l’avènement d’une société numérique. Dès lors, la disponibilité de ressources suffisantes et qualifiées est un facteur critique pour la compétitivité mais aussi la cohésion sociale en Europe.

En Europe, le taux de chômage s’élève en août 2015 à 9,5 % de la population active et paradoxalement des milliers d’emplois restent vacants dans le secteur TI (notamment faute de qualifications adéquates). Le déficit de compétences (en qualité et en quantité se creuse) et la liste des chômeurs (particulièrement chez les jeunes) s’allonge.

C’est pour remédier à cette situation,  que la Commissaire Nellie Kroes qui était en charge de l’Agenda numérique en 2012, avait suggéré à chaque Etat membre de former une « Grande Coalition » en faveur de l’emploi dans le secteur du numérique. Toutes les parties concernées (industrie, éducation, société civile, pouvoirs publics….) sont invitées à se rassembler afin de mener des actions conjointes autour de la question du développement des compétences numériques.

Au niveau européen, le lancement de la « Grande Coalition » a eu lieu les 4 et 5 mars 2013. La Belgique a rejoint cette coalition en juin 2014.  L’Alliance belge pour les compétences et les emplois du numérique est conduite par Saskia Van Uffelen, en sa qualité de Digital Champion de la Belgique.

Dernière mise à jour
15 janvier 2018