Table of Contents

    Les graphiques et informations sur cette page présentent exclusivement les données de l’année 2021 relatives aux faillites et pertes d’emplois des entreprises occupant moins de 250 travailleurs (les PME).

    La répartition des faillites et pertes d’emplois au sein des PME est analysée au travers de plusieurs variables :

    • la classe de taille de l’entreprise (micro-, petite ou moyenne entreprise),
    • son secteur d’activité,
    • la région où elle est active,
    • le genre de son/ses administrateur(s),
    • la forme juridique et
    • l’âge de l’entreprise.

    En 2021, 6.532 PME ont fait faillite, provoquant 17.379 pertes d’emplois, ce qui représente en moyenne 2,66 emplois perdus par faillite. Les entreprises occupant moins de 250 travailleurs, regroupent dès lors 99,98 % des faillites d’entreprises en Belgique et 97,7 % des pertes d’emplois qui en découlent.

    Le dénombrement des faillites d'entreprises en Belgique s’effectue sur la base des informations émanant du registre des entreprises de la Direction générale Statistique du SPF Economie, complétées par les déclarations des tribunaux de Commerce. Les greffes des tribunaux de commerce fournissent mensuellement l'information pour toutes les faillites ouvertes dans leur arrondissement judiciaire.

    Pour une meilleure compréhension des faillites et des pertes d’emplois, il convient de tenir compte des évolutions chronologiques et des nombreux facteurs extérieurs qui peuvent influencer à la hausse ou à la baisse le nombre de faillites. Ces éléments sont évoqués dans la page « Évolution annuelle et mensuelle des faillites et pertes d’emplois ».

    Répartition des faillites et pertes d’emplois au sein des PME par taille, secteurs d’activité, régions, genre, durée de vie, forme juridique et type de contrat

    Taille

    Parmi les 6.532 petites et moyennes entreprises (occupant moins de 250 travailleurs) défaillantes en 2021, on dénombre 6.302 entreprises occupant moins de 10 salariés, ce qui représente 96,5 % des faillites. Ces faillites de micro-entreprises ont provoqué la perte de 11.943 emplois, soit près de 70 % des 17.379 pertes d’emplois dues aux faillites de PME. A contrario, si seulement 3,3 % des faillites de PME sont survenues dans des entreprises occupant 10 à 49 travailleurs, celles-ci ont pourtant causé la perte de 3.919 emplois, soit plus d’un cinquième des pertes d’emplois occasionnées par des faillites de PME.

    Le nombre d’emplois perdus en moyenne par faillite est, en toute logique, directement corrélé à la classe de taille de l’entreprise.

    • Micro-entreprises : 1,9 emploi perdu en moyenne par faillite
    • Petites entreprises : 18,3 emplois perdus en moyenne par faillite
    • Moyennes entreprises : 94,8 emplois perdus en moyenne par faillite

    Secteurs d’activité

    Une ventilation des faillites et des pertes d’emplois par secteur permet d’identifier les activités les plus confrontées aux défaillances d’entreprises pour l’année 2021.

    Le commerce, l’horeca et la construction sont les trois secteurs d’activité les plus touchés par les faillites.

    1. Le secteur de la construction (section NACE F) recense en 2021 le plus grand nombre de faillites parmi les PME, soit 1.411 faillites ayant causé la perte de 3.368 emplois. Il s’agit d’un cinquième de l’ensemble des faillites (21,6 %) et des pertes d’emplois (19,4 %).
    2. Avec 1.398 faillites enregistrées en 2021 représentant 3.379 emplois perdus, le secteur du commerce (section NACE G) enregistre un nombre de PME défaillantes et de pertes d’emplois similaires au secteur de la construction. Le commerce est le deuxième plus grand secteur d’activité en Belgique en termes de PME.
    3. L’horeca (section NACE I) se classe en troisième position. Il représente environ 16 % des PME défaillantes et des pertes d’emplois qui en découlent. Il s’agit respectivement de 1.047 faillites et 2.910 pertes d’emplois. Ce secteur d’activité ne regroupe pourtant que 6 % de l’ensemble des PME en Belgique. Le secteur de l’horeca se distingue par un taux de faillite supérieur à la moyenne.

    Ces trois activités rassemblaient 59 % des défaillances et 55,6 % des pertes d’emplois de PME en 2021, une situation comparable à celle de 2020.

    Le secteur de l’industrie manufacturière (section NACE C) représente 4,1 % des faillites et 5,3 % des pertes d’emplois. C’est le secteur qui génère le plus grand nombre de pertes d’emplois par faillite : 3,4.

    Le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques (section NACE M) compte le plus grand nombre de PME en Belgique. Pourtant il ne compte que 554 faillites en 2021, soit 8,5 % du total, ayant causé la perte de 1.102 emplois (6,3 % de l’ensemble des pertes d’emplois). Une PME active dans ce secteur n’occasionne que deux pertes d’emplois en moyenne en cas de faillite.

    Le nombre de faillites et de pertes d’emplois parmi les différents secteurs d’activités est à mettre en regard de leur importance respective au sein de l’économie belge. Afin d’apprécier plus en détail la répartition sectorielle des PME belges, vous pouvez consulter la page « PME par secteurs d’activité ».

    Le nombre moyen d’emplois perdus par faillite fluctue selon le secteur d’activité dans lequel les PME évoluent.

    • Industrie manufacturière (section NACE C) : 3,4 emplois perdus en moyenne par faillite.
    • Hébergement et restauration (section NACE I) : 2,8 emplois perdus en moyenne par faillite.
    • Construction (section NACE F) : 2,4 emplois perdus en moyenne par faillite.
    • Commerce (section NACE G) : 2,4 emplois perdus en moyenne par faillite.
    • Activités spécialisées, scientifiques et techniques (section NACE M) : 2 emplois perdus en moyenne par faillite.

    Consultez la page « Taux de faillite » pour des informations plus détaillées sur le taux de faillite, notamment au niveau sectoriel.

    Régions

    Un peu plus de 50 % des faillites de PME sont intervenues en Flandre, soit 3.426 faillites sur un total de 6.532. La région de Bruxelles-Capitale compte 1.332 faillites, soit 20,4 % des faillites de PME et la Wallonie 1.774 (soit 27,2 %).

    La Flandre comptabilise un peu moins de la moitié (46,4 %) des pertes d’emplois résultant des défaillances de petites et moyennes entreprises belges, soit 8.071 pertes d’emplois. À l’instar de la situation en termes de faillites, la Wallonie compte davantage de pertes d’emplois que Bruxelles. 30 % des pertes d’emplois sont recensées en Wallonie (5.219) contre un 23,5% % à Bruxelles (4.089).

    En région wallonne et en région bruxelloise, une faillite de PME occasionne en moyenne la perte d’environ 3 emplois, contre 2,4 en région flamande en 2021.

    Genre

    62,4 % des entreprises en faillite sont gérées par des administrateurs exclusivement de sexe masculin : il s’agit de 4.077 cas. 605 entreprises en faillite sont gérées exclusivement par des administratrices, ce qui représente à peine 9,3 %.

    Dans plus d’un quart (27,5 %) des cas de faillite, l’entreprise est gérée par un partenariat mixte comprenant des femmes et des hommes parmi les administrateurs. 

    Durée de vie de l’entreprise

    Les premières années de vie d’une entreprise sont généralement cruciales pour leur survie. Les faillites sont fréquentes au sein des start-up et des entreprises de moins de cinq ans.

    En 2021, 2.164 PME établies depuis au moins un an mais moins de cinq ans ont fait faillite. Cela représente plus d’un tiers des faillites de PME et 30 % des pertes d’emplois. Parmi l’ensemble des faillites de PME prononcées, un quart concernait des entreprises existant depuis au moins cinq ans mais moins de dix ans (1.649). Elles ont causé 3.755 pertes d’emplois.

    Toutes classes de taille confondues, les entreprises plus « âgées » sont à l’origine de davantage de pertes d’emplois en moyenne que les entreprises plus jeunes. Une entreprise faisant faillite après plus de vingt années d’existence occasionne environ 1,5 emploi perdu supplémentaire comparé aux entreprises de moins de dix ans.

    • Moins d’une année : 2,3 emplois perdus en moyenne par faillite
    • 1-5 ans : 2,4 emplois perdus en moyenne par faillite
    • 5-10 ans : 2,3 emplois perdus en moyenne par faillite
    • 10-15 : 2,6 emplois perdus en moyenne par faillite
    • 15-20 : 2,8 emplois perdus en moyenne par faillite
    • 20 ans et plus : 3,7 emplois perdus en moyenne par faillite

    Forme juridique de l’entreprise

    Parmi les 6.532 PME défaillantes en 2021, 3.827 étaient des SRL/SPRL, soit la majorité (58,6 %). Les faillites des SRL/SPRL sont à l’origine de 10.413 pertes d’emplois, soit 60 % des emplois perdus à la suite des faillites de PME en 2021. À titre de comparaison, les SRL/SPRL représentent environ 35 % de l’ensemble des PME actives en Belgique.

    Avec 1.566 faillites enregistrées, les indépendants exerçant en personne physique représentent la seconde forme juridique la plus importante parmi les PME défaillantes. Ils comptabilisent un quart des faillites. Celles-ci sont responsables de la perte de 2.137 emplois, soit environ 12 %. À titre de comparaison, près de la moitié des PME assujetties à la TVA actives en Belgique sont des personnes physiques.

    878 entreprises de moins de 250 employés établies en sociétés anonymes (SA) ou sociétés en commandite par actions (SCA) ont fait faillite en 2021. Cela représente seulement 13,4 % des faillites mais a occasionné plus d’un cinquième (21,4 %) des pertes d’emplois. Une faillite de SA ou SCA provoque en moyenne la perte de 4,2 emplois.

    Le nombre de faillites et de pertes d’emplois selon la forme juridique des entreprises est à mettre en regard de leur importance respective au sein de l’économie belge. Afin d’en savoir plus sur la répartition des formes juridiques au sein de la population de PME en Belgique, consultez la page « PME par forme juridique ».

    Le nombre moyen d’emplois perdus par faillite fluctue selon la forme juridique de la PME.

    • SA : 4,2 emplois perdus en moyenne par faillite.
    • SC : 3,4 emplois perdus en moyenne par faillite.
    • Indépendants : 1,4 emploi perdu en moyenne par faillite.
    • SPRL : 2,7 emplois perdus en moyenne par faillite.

    Type de contrat

    Les statistiques recueillies par Statbel permettent également de distinguer les pertes d’emploi en fonction du type de contrat. 7.647 pertes d’emplois concernaient des contrats à temps plein. Il s’agit d’un peu moins de la moitié des pertes d’emplois au sein des PME en 2021. 14,4 % des pertes d’emplois ont touché des travailleurs à temps partiel et 41,6 % des employeurs salariés. Les employeurs salariés sont des employeurs qui se paient un salaire.

    Provinces

    La carte ci-dessous représente la répartition des faillites et pertes d’emplois dans les provinces belges en 2021.

    Sources et définitions

    Faillite

    Une faillite est déclarée dès qu’une entreprise remplit trois conditions cumulatives :

    • être une entreprise, à savoir :
      • toute personne physique qui exerce à titre indépendant une activité professionnelle
      • toute personne morale
      • toute autre organisation sans personnalité juridique
    • être en cessation persistante de paiement
    • être en ébranlement de crédit : cela signifie que l'entrepreneur a perdu la confiance des créanciers qui ne lui octroient plus de crédit ni de délai de paiement

    Une société dissoute peut être déclarée en faillite jusqu’à six mois après la clôture de la liquidation.

    Une faillite concerne toujours une seule entreprise. Une construction juridique dans laquelle plusieurs personnes physiques sont associées sera comptabilisée comme une seule faillite.

    Perte d’emplois

    Statbel calcule les pertes d’emplois occasionnées par une faillite sur la base des dernières informations disponibles auprès de l’Office national de sécurité sociale (ONSS).

    Note méthodologique 

    Une évolution méthodologique opérée par Statbel en lien avec l’entrée en vigueur du nouveau Code des sociétés et associations (CSA) est à l’origine d’une révision des chiffres avec effet rétroactif en matière de faillites et pertes d'emplois.  

    Les nouvelles formes de société sont introduites dans les statistiques sur les faillites en février 2022. Afin d’assurer la comparabilité des séries chronologiques, la mesure est appliquée rétroactivement. Si cette mise à jour n'a aucun impact sur le nombre total de faillites, elle apporte néanmoins deux changements importants aux séries chronologiques.  

    • Le nombre de faillites parmi les indépendants diminue par rapport à l'ancienne méthode. Certaines entreprises qui faisaient partie de la catégorie des « indépendants » sont classées, selon la nouvelle méthode, dans les catégories des « SA », « SRL/SPRL », « SC » ou « Autres ».
    • Le nombre total d’emplois perdus augmente. Pour calculer le nombre de pertes d’emplois pour les employeurs salariés, Statbel utilise une règle d'estimation internationalement reconnue recommandée par Eurostat qui dépend de la forme juridique de l'entreprise. Celle-ci stipule qu’il y a un seul employeur salarié dans le cas des indépendants, alors que ce nombre peut grimper jusqu'à trois emplois dans le cas des sociétés à responsabilité limitée. La redistribution du nombre de faillites selon la forme juridique entraîne donc une augmentation du nombre total d'emplois perdus. Les pertes d´emplois totales sont calculées comme le total des trois catégories distinctes (pertes d´emploi à temps plein + pertes d´emploi à temps partiel + pertes d´emploi des employeurs salariés). 
    Dernière mise à jour
    27 juillet 2022