Table of Contents

    Le Conseil National de Sécurité a décidé le mercredi 13 mai 2020 de poursuivre l’assouplissement progressif des mesures renforcées  prises précédemment pour lutter contre le coronavirus. Ainsi, une partie supplémentaire des mesures renforcées en vigueur depuis le 18 mars 2020 seront levées, moyennant certaines conditions, à partir du 18 mai 2020.

    Tout au long des différentes phases de la stratégie de sortie de crise, la situation sera réévaluée régulièrement. Le passage effectif d’une phase à la suivante ne se fera que si les conditions sanitaires le permettent. Le cas échéant, un retour en arrière reste envisageable.

    Les consignes d’hygiène personnelle (se laver les mains régulièrement, tousser ou éternuer dans le pli du coude, utiliser des mouchoirs en papier neufs et les jeter dans une poubelle fermée) ainsi que les mesures de distanciation sociale (minimum 1,5 m entre les personnes) restent les meilleures actions que chacun doit respecter. Il est demandé également d’éviter autant que possible les poignées de mains et les embrassades. C’est de la responsabilité et du sens civique de chacun de continuer à limiter au maximum ses contacts et à appliquer au maximum les mesures de prévention nécessaire.

    Aussi peu agréables soient-elles, il est essentiel que les mesures renforcées qui n’ont pas encore été levées soient scrupuleusement respectées, tant par les particuliers que les entreprises. Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons poursuivre la lutte contre la propagation du virus. Ce sont nos comportements qui influencent la courbe illustrant la situation sanitaire de notre pays.

    Ci-dessous, nous vous exposons les principes essentiels des mesures en vigueur à partir du 18 mai 2020 et leurs conséquences pour les secteurs d’activité économiques les plus en vue.

    Magasins et commerces de détail

    Principe général :  les activités industrielles et les services destinés aux entreprises (B2B) sont autorisés. Les entreprises offrant des biens ou des services aux consommateurs sont également autorisées à partir du 18 mai, sous certaines conditions.

    Cette règle ne s’applique pas :

    • aux salons de massage ;
    • aux centres de bien-être, en ce compris les saunas ;
    • aux centres de fitness ;
    • aux casinos, salles de jeux automatiques et bureaux de paris.

    Pour ces activités encore interdites, les prestations à domicile ne sont pas autorisées non plus.

    Tous les commerces autorisés doivent mettre en place des mesures permettant de garantir les distances sociales (1,5 mètre de distance) entre les clients et la sécurité de leur personnel et de leurs visiteurs. En particulier, l’entreprise doit mettre à disposition de son personnel et de ses clients, des produits nécessaires à l’hygiène des mains.

    Ces mesures relèvent de la responsabilité de chaque exploitant de magasin. Si, à cette fin, il est fait appel à une société de gardiennage, cela doit se faire en respect de la loi du 2 octobre 2017 réglementant la sécurité privée et particulière.

    Un guide générique relatif à l’ouverture des commerces, à la pratique de professions avec et sans contacts physiques et à l’organisation du commerce ambulant a été préparé afin d’aider les indépendants et les commerçants à reprendre leurs activités dans des conditions sûres propices à éviter l’apparition d’une nouvelle vague de contaminations au Covid-19. Il est disponible en français, néerlandais, allemand et anglais.

    Nous avons également développé un kit de communication dans ces mêmes 4 langues pour aider les entreprises et les communes à informer au mieux la clientèle.

    Télécharger le guide de conseils

    Télécharger le kit de communication

    La commercialisation de produits à des prix exorbitants peut être signalée via pointdecontact.belgique.be.

    Commerces de détail

    Tous les magasins peuvent ouvrir à leurs jours et heures habituels.

    Les magasins de nuit peuvent rester ouverts à partir de leur heure habituelle et jusque 22h au plus tard.

    L’accès aux commerces doit être organisé afin de limiter le nombre de personnes présentes en même temps à l’intérieur à maximum 1 personne par 10 m² de surface au sol accessible, et ce, pour une durée de maximum 30 minutes par personne (sauf en cas de rendez-vous). Pour les centres commerciaux, les courses ne pourront pas dépasser le temps nécessaire et habituel, avec un maximum de 30 minutes par magasin.

    Si un commerce fait moins de 20 m2, il pourra accueillir un maximum de 2 clients en même temps, pour autant que la distance de 1,5 m entre chaque client soit garantie.

    Les courses doivent être effectuées seul. Un adulte peut néanmoins accompagner les enfants de moins de 18 ans vivant sous le même toit que lui ou une personne ayant besoin d’une assistance. Partout, il conviendra de garantir une distance minimale de 1,5 mètre entre les personnes (personnel et clients). Une signalisation et un marquage au sol adaptés seront mis en place dans les centres commerciaux.

    Aucune action promotionnelle n’est autorisée sur la voie publique. Les étalages, drapeaux ou autres objets n’y sont pas permis.

    Il est fortement conseillé à chaque client de porter une protection couvrant le nez et la bouche dans les commerces.

    Il est par ailleurs recommandé de se rendre dans les commerces situés dans une ville ou une commune proche de son domicile et de son lieu de travail. Il est également conseillé de donner une priorité aux personnes âgées, aux personnes à mobilité réduite et au personnel soignant.

    Si l’ordre public ou l’intérêt général le requiert, le bourgmestre peut ordonner les mesures de police nécessaires.

    Les paiements électroniques sont encouragés, non pas parce que l’argent liquide est contaminé, mais parce que les paiements électroniques permettent de conserver les mesures de distanciation sociale.

    Au cours de leurs déplacements domicile-lieu de travail, les travailleurs frontaliers peuvent s’arrêter pour faire des courses.

    Marchés et activités ambulantes

    Seuls les marchés journaliers, hebdomadaires ou bihebdomadaires comprenant moins de 50 échoppes sont autorisés sous certaines conditions d’organisation favorisant la distance sociale et l’hygiène des mains (voir le guide de conseils relatif à l’ouverture des commerces cité ci-dessus). Il ne peut s’agir de marchés aux puces ou de brocantes.

    Le nombre maximal de visiteurs autorisé sur le marché ne peut excéder 1 client par 1,5 m courant d’étals. Le plan de circulation est à sens unique, avec des entrées et des sorties distinctes, sauf dérogation motivée accordée par les autorités locales compétentes qui déterminent, dans ce cas, une solution alternative.

    Des produits nécessaires à l’hygiène des mains sont mis à la disposition des clients aux entrées et sorties du marché, ainsi qu’à chaque échoppe.

    Le port du masque ou d’une protection couvrant le nez et la bouche est obligatoire pour les commerçants et vivement recommandé pour les clients.

    La consommation de boissons et de nourriture est interdite sur le marché.

    Les courses doivent être effectuées seul et pendant une période ne dépassant pas le temps nécessaire et habituel. Un adulte peut néanmoins accompagner les enfants de moins de 18 ans vivant sous le même toit que lui ou une personne ayant besoin d’une assistance.

    Les activité ambulantes individuelles (foodtrucks, rôtisseries, vente de glaces…) peuvent être exercées à leurs endroits habituels, sous réserve de l’autorisation préalable des autorités communales. Quand elles s’exercent dans le cadre d’un marché, elles sont également soumises aux règles prévalant sur le marché.

    Cafés et restaurants

    Rien ne change pour le secteur horeca. La possibilité de réouverture de ces commerces sera étudiée pour la phase 3 du plan de sortie de crise. Cette phase 3 débutera au plus tôt le 8 juin 2020 si la situation sanitaire le permet.

    Les cafés, bars et les restaurants doivent fermer la semaine et le week-end. Cette interdiction vaut également pour les terrasses de ces établissements. Le mobilier de ces terrasses doit être enlevé. Seuls les plats à emporter ou les livraisons à domicile sont encore autorisés . Si ces services sont offerts, il convient de s’organiser pour éviter les files d’attente. 

    Les établissements de restauration à emporter de type « take-away », les services de livraison à domicile (Deliveroo, Uber Eats, etc.), les drive-in, les sandwicheries, les snacks et les friteries restent autorisés. Cela ne peut se faire que durant les heures d’ouverture habituelles.  Leurs tenanciers doivent veiller à respecter les mesures d’hygiène et s’organiser pour éviter les files d’attente.

    Les salles de dégustation annexes à un commerce alimentaire doivent être fermées. Cela concerne par exemple, les salons de thé jouxtant certaines pâtisseries et plus généralement, tout espace où les clients peuvent s’installer pour manger.

    Hôtels et autres types d’hébergements 

    Les hôtels et apparthôtels restent ouverts sans procurer l’accès à un bar, un restaurant, des salles communes ou des espaces récréatifs. Les cuisines peuvent continuer à fonctionner pour les repas servis en chambre (room-service). Les salles de réunion sont fermées.

    Attention ! Seuls les hôtels sont autorisés à ouvrir selon ces conditions.

    Cela signifie que les logements récréatifs et touristiques (gîtes, chambres d’hôtes, campings, centres de vacances,  B&B, Airbnb…) doivent désormais fermer. Les éventuelles personnes qui y résident de manière permanente peuvent évidemment rester. C’est valable, en particulier, pour les personnes qui vivent de façon permanente dans une caravane ou un mobilhome.

    Les gens du voyage peuvent rester sur l’emplacement qu’ils occupent actuellement. Se déplacer d’un terrain à l’autre n’est pas autorisé car il ne s’agit pas d’un déplacement essentiel. Il est demandé aux bourgmestres de prendre les mesures nécessaires afin de faciliter le séjour au même endroit jusqu’à la fin de la crise.

    Centres d’esthétique et salons de coiffure

    Les centres d’esthétique, les esthéticien(ne)s, les salons de manucure et de pédicurie non médicale, ainsi que les coiffeurs et les barbiers peuvent à nouveau fonctionner. Ils ne peuvent toutefois travailler que sur rendez-vous. Les prestataires de service prennent les mesures d’hygiène adéquates afin de désinfecter leurs mains, les instruments manipulés et leur poste de travail entre chaque client.

    Les postes de travail doivent être séparés au moins d’1,5 mètre. Les salles d’attente ne peuvent pas être accessibles aux clients, tout comme les toilettes (sauf en cas d’urgence). La distribution de boissons et de nourriture est interdite.

    Le service à domicile est autorisé et doit être limité à la durée strictement nécessaire.

    Les studios de tatouage et de piercing peuvent également rouvrir aux mêmes conditions. Les règles spécifiques à la pratique du tatouage et du piercing, notamment en matière d’hygiène, restent d’application. Le service à domicile n’est dès lors pas autorisé.

    Toutes les activités impliquant des contacts physiques avec la clientèle doivent respecter les consignes et recommandations figurant dans le guide de conseils relatif à l’ouverture des commerces cité ci-dessus. Le port du masque ou d’une protection couvrant le nez et la bouche est obligatoire pour le personnel de l’établissement, ainsi que pour toute personne de 12 ans et plus s’y trouvant. Cette protection peut être ôtée le temps nécessaire aux traitements spécifiques du visage.

    Les salons de coiffure ne peuvent en principe accueillir qu’un seul client par 10 m2. Toutefois, il est permis de déroger à cette règle si des parois de protection en plexiglas sont disposées entre les postes de travail et qu’une distance de 1,5 m entre les personnes est assurée.

    Les centres de bronzage peuvent ouvrir. Les règles d’hygiène prescrivent l’utilisation de cabines individuelles, avec une seule personne à la fois, et la désinfection des cabines après chaque usage.

    Services de réparation et de dépannage

    Les services de dépannage et de réparation sont autorisés, moyennant la prise des dispositions nécessaires pour assurer la distanciation sociale et la sécurité des personnes.

    Construction

    Toutes les activités de construction peuvent avoir lieu en intérieur et en extérieur, y compris les activités d'un géomètre, en respectant, dans la mesure du possible, les règles de distanciation sociale et/ou l’application de mesures offrant un niveau de protection au moins équivalent. Le guide générique de bonnes pratiques publié par le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, en collaboration avec le Groupe des Dix, peut servir de référence à ce niveau.

    Les commerces en matériaux de construction peuvent à approvisionner leurs clients professionnels et particuliers, en respectant la règle d’un client par 10 m2.

    Soins et professions avec contacts physiques

    Les professions de soins médicaux et paramédicaux comme par exemple les dentistes, kinésithérapeutes, ostéopathes, podologues, vétérinaires... peuvent exercer. Il est toujours recommandé de différer les soins qui peuvent l’être.

    Les pharmacies restent ouvertes. Les parapharmacies et drogueries peuvent rouvrir.

    Les magasins de dispositifs médicaux (entre autres les magasins de soins à domicile, les opticiens, les audiciens, les bandagistes…) peuvent rester ouverts, moyennant le respect des mesures de sécurité et de distance sociale. Les examens de la vue restent fortement déconseillés en raison du risque de contamination via le liquide oculaire.

    Les institutions et services de soins aux malades, aux personnes âgées ou autres personnes ayant besoin d’aide peuvent continuer leurs activités. 

    Les laveries peuvent rester ouvertes pendant leurs heures d’ouverture habituelles, moyennant le respect des mesures de distance sociale et des mesures d’hygiène. Les pressings peuvent à nouveau servir pleinement tout type de clientèle moyennant le respect des mesures de sécurité et de distance sociale.

    Le toilettage des animaux est autorisé.

    Les centres de fitness, salons de massage, centres de bien-être et saunas doivent rester fermés.

    Secteur agricole

    Toutes les entreprises qui alimentent le secteur agricole (en produits phytosanitaires, fourrage, nourriture pour bétail…) continuent à fonctionner moyennant le respect des mesures de distance sociale et en appliquant le télétravail quand c’est possible.

    Les marchés de gros (pour clients professionnels) peuvent également continuer leur activité, moyennant la distanciation sociale, dans la mesure du possible.

    Transport

    Les voyages non essentiels au départ de la Belgique et vers la Belgique sont interdits jusqu’au 8 juin 2020 inclus.

    Les taxis peuvent continuer à transporter des clients moyennant le respect d'une distance minimale de 1,5 mètre entre chaque personne. Le nombre de personnes qui peuvent être transportées varie donc en fonction du type de véhicule. Les personnes vivant sous le même toit peuvent partager un même taxi. La règle de la distance minimale n’est dans ce cas pas d’application. Il est conseillé d’aérer et de nettoyer régulièrement le véhicule.

    Ces mêmes règles sont d’application pour le co-voiturage et le transport bénévole de personnes à mobilité réduite ou dans le besoin. Dans la mesure du possible, essayez de toujours partager un véhicule avec la même personne et uniquement pour des déplacements indispensables.

    Les voitures, trottinettes et autres vélos partagés ou de location sont autorisés en tant que moyen de transport pour les déplacements essentiels (mais pas pour des activités récréatives) : ils peuvent donc continuer à être loués aux particuliers, moyennant le respect des mesures d’hygiène et de distanciation sociale, sauf pour les familles vivant sous le même toit. La location de voiture à des professionnels est également autorisée.

    Les go-karts et cuistax (pour une ou plusieurs personnes) sont considérés comme des équipements récréatifs. Ils sont par conséquents interdits.

    Les transports publics sont maintenus. Le citoyen à partir de l’âge de 12 ans est obligé de se couvrir la bouche et le nez avec un masque ou toute autre alternative en tissu dès l’entrée dans la gare, sur le quai ou un point d’arrêt, dans le bus, le (pré)métro, le tram, le train ou tout autre moyen de transport organisé par une autorité publique.

    Les ports, les aéroports et les services essentiels en appui du transport aérien, le contrôle et la planification aériens, le transport ferroviaire, le transport de personnes et le transport logistique destiné aux secteurs et activités essentiels continuent de fonctionner.

    Le transport international de marchandises est autorisé. Outre les documents habituels pour le transport de marchandises, aucun document supplémentaire n'est requis.

    Organisation générale du travail dans les entreprises 

    Principe général : le télétravail à domicile est recommandé dans toutes les entreprises non essentielles, quelle que soit leur taille, pour tous les membres du personnel dont la fonction s’y prête.

    Si ce n’est pas possible, les entreprises doivent prendre des mesures pour garantir la sécurité de leur personnel qui ne peut pas télétravailler, par des mesures de distanciation sociale (1,5 mètre minimum entre chaque personne) et/ou de prévention permettant d’atteindre un niveau de protection équivalent. Pour les y aider, le Groupe des Dix a adopté un guide générique de bonnes pratiques qui servira de base à des accords sectoriels ou en entreprise à conclure. Ce guide, publié sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, servira ainsi de référence pour un redémarrage économique progressif dans des conditions saines et sûres pour toutes et tous.

    Ces règles valent tant pour l’exercice de l’activité que pour le transport du personnel organisé par l’employeur.

    Les entreprises appartenant aux secteurs cruciaux et services essentiels repris dans l'arrêté ministériel portant des mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus Covid-19, peuvent également continuer à fonctionner, en s’appuyant le cas échéant sur les conseils de sécurité repris dans le guide générique évoqué ci-dessus. 

    Les travailleurs frontaliers doivent pouvoir entrer et sortir facilement du territoire belge afin d’atteindre leur destination pour l’exercice de leurs activités professionnelles, tant dans les secteurs essentiels que non essentiels. Ils peuvent utiliser les moyens de transport de leur choix. Il leur est permis de faire des courses lors de leur déplacement domicile-travail.

    Les travailleurs frontaliers doivent être en possession d’une pièce d’identité et/ou d’un passeport et il est fortement recommandé d’avoir une attestation de l’employeur.

    Autres secteurs et activités

    Les activités de représentation commerciale sont autorisées. Le télétravail est recommandé là où il est possible. La vente de porte-à-porte n’est pas autorisée, du fait que les personnes n’ont pas la possibilité de se préparer à ces visites inattendues.

    Les établissements relevant des secteurs culturel, festif, récréatif et sportif sont fermés. Les infrastructures nécessaires à l’exercice des activités physiques en plein air n’impliquant pas de contacts physiques, à l’exclusion des vestiaires, douches, cantines et cafétérias, peuvent rester ouvertes. Les toilettes et les distributeurs automatiques de boissons restent en service. Par infrastructures, il faut entendre les clubs et terrains de ces sports.

    Contrôle des mesures

    Les polices locales et fédérales veillent au respect strict des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus et aider les professionnels de la santé. Elles sont habilitées à sanctionner et à imposer, le cas échéant, l’arrêt d’une activité jugée irrégulière.

    Nous vous remercions d’avance pour votre sens civique, votre solidarité, votre respect strict des règles et des injonctions des autorités de contrôle. Il en va de la santé de tous.

    Partagez les bons réflexes, pas le virus !

    Dernière mise à jour
    26 mai 2020