Bon nombre de travailleurs frontaliers rencontrent des difficultés pour traverser nos frontières afin de se rendre à leur travail ou de rentrer chez eux le soir. C’est dû aux mesures de restriction de déplacements qui différent de pays à pays. Cela vaut tant pour les Belges travaillant à l’étranger que pour les personnes résidant à l’étranger dont l’entreprise est située en Belgique.

Pour l’instant, en Belgique, aucun document n’est nécessaire pour justifier auprès des autorités effectuant les contrôles aux frontières et sur les routes que l’on se rend à son travail : il suffit d’être en possession d’une carte d’identité ou d’un passeport. Même si elle n’est pas obligatoire, une attestation de l’employeur peut parfois faciliter les choses.

Ce n’est toutefois pas toujours aussi simple chez tous nos voisins. Nous mettons à disposition, par pays, l’information fixant certaines règles particulières pour être autorisé à traverser la frontière pour aller travailler.

France

Les personnes résidant en Belgique et travaillant en France et les résidents français travaillant en Belgique sont soumis aux mêmes exigences de justification de leurs déplacements que toute personne se déplaçant en France pour des raisons professionnelles.

Les travailleurs frontaliers, tant belges que français, doivent :

  • compléter une déclaration sur l’honneur indiquant la nature de leur déplacement ;
  • être munis d’une attestation permanente de leur employeur.

Ils peuvent se procurer les documents indispensables à leurs déplacements professionnels en France sur https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

En complément de ces documents imposés par la France, le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale a édité à l’attention des travailleurs frontaliers français, un formulaire à caractère officiel (en anglais) qu’ils peuvent faire compléter par leur employeur. Ce document reste valable pour toute la durée de la crise.

Télécharger le formulaire

En l’absence des justificatifs adéquats, les autorités françaises exerçant des contrôles aux frontières et sur les routes sont habilitées à verbaliser et à interdire le passage de la frontière.

Pays-Bas

Tous les travailleurs frontaliers doivent être en mesure de prouver, par une déclaration de leur employeur, qu'ils sont amenés à traverser la frontière belgo-néerlandaise pour se rendre sur leur lieu de travail.

Toutefois, les autorités belges et néerlandaises se sont mises d’accord pour mettre à la disposition des travailleurs frontaliers des secteurs vitaux et des professions cruciales une vignette leur permettant de franchir plus rapidement la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas.

Pour être valable, la vignette doit être munie du cachet de l’employeur. Elle justifie le caractère essentiel du passage de la frontière et atteste que sont bien respectés les critères définissant les secteurs vitaux et les professions cruciales repris dans l'arrêté ministériel portant des mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19 (PDF, 455.29 Ko).

Cette vignette ne peut être utilisée que par les personnes officiant dans les entreprises relevant des secteurs vitaux ou exerçant des professions cruciales. Toute utilisation sur la base d’informations incorrectes est considérée comme de la contrefaçon et constitue de ce fait une infraction punissable.

Il est interdit d’effectuer des déplacements d’un point A aux Pays-Bas vers un point B également aux Pays-Bas en passant par la Belgique. Cette règle vaut pour tous les types de déplacement, y compris domicile-lieu de travail.

Télécharger la vignette (en français)

Télécharger la vignette (en néerlandais)

Télécharger la vignette (en allemand)

Télécharger la vignette (en anglais)

Restez chez vous.
Protégez-vous. Protégez les autres.
Tenez bon !

Dernière mise à jour
30 mars 2020