Qu’est-ce que le plan de délestage ?

Les termes « plan de délestage » désignent juridiquement le contenu de l'arrêté ministériel du 3 juin 2005 établissant le plan de délestage du réseau de transport d'électricité. 

Pour faciliter la communication et la compréhension du public, l'expression « plan de délestage » est  utilisée sur ce site pour désigner la mise en oeuvre concrète du délestage prévu par cet arrêté (modalités pratiques de délestage).

Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité, Elia, a établi un plan global de délestage qui peut être activé automatiquement, en cas d’incident sur le réseau d’électricité à haute tension, ou manuellement, en cas de pénurie. Dans tous les cas, un délestage a pour but d’éviter qu’un déséquilibre important du réseau n’entraîne une coupure généralisée de l’alimentation électrique du pays (black-out).

Pour procéder à un délestage, il faut couper un certain nombre de postes haute tension. Le délestage est mis en œuvre par groupes de postes haute tension représentant chacun une « tranche » de délestage. En Belgique, il existe 8 tranches représentant chacune une puissance entre 500 et 750 MW. Cela équivaut à +/- 40 % de la capacité totale du réseau. Le plan de délestage ainsi défini garantit en permanence à la fois, d'une part le volume de puissance délestable nécessaire à tout moment de l’année (en tenant compte de la consommation fluctuante) et d'autre part, une puissance de 5.000 MW pour les pics de consommation durant la période hivernale. Ces valeurs ne prennent pas en compte la réalimentation des clients prioritaires. Il garantit également le respect d’une série d’obligations légales européennes (ENTSO-E et Network Codes).

Ces 8 tranches ne sont pas constituées en zones géographiques régionales ou locales. Une même tranche concerne donc des communes de différentes régions du pays. Et de la même manière, une même commune, voire une même rue peut être alimentée par plusieurs postes de distribution appartenant à des tranches différentes. Et cette situation peut parfois changer en fonction de facteurs ponctuels, comme des travaux sur le réseau de distribution par exemple.

La détermination des postes haute tension délestables dans chaque tranche a été faite par Elia en accordant une attention particulière au principe légal de proportionnalité par rapport à la consommation des différentes zones électriques, tout en veillant à limiter autant que possible l’impact sur l’alimentation :

  • des centres urbains des villes comptant plus de 50.000 habitants,

  • des chefs-lieux des provinces.

Quand le plan de délestage est-il activé ?

En cas de pénurie, le plan de délestage sera activé par le gouvernement uniquement en cas d’absolue nécessité (situation extrême) et si toutes les autres mesures préalables visant à augmenter l’offre ou à réduire la consommation électrique ne sont pas suffisantes.

Ce sont les ministres de l’Energie et de l’Economie qui décideront, la veille du jour où une pénurie doit se produire, quelle tranche sera privée d’électricité, a priori aux heures de pointe de consommation, pour éviter une panne générale du réseau.

En principe, on ne déleste qu’une seule tranche à la fois mais en cas de problème majeur, cela pourrait être plus. Dans tous les cas, même dans les zones sans électricité, certains utilisateurs prioritaires (essentiellement les hôpitaux généraux et les hôpitaux psychiatriques et les centres de gestion des appels d’urgence) seront réalimentés en priorité. Les coupures dureront environ 3 heures, a priori entre 17h et 20h, lors du pic de consommation journalier en hiver. Il se pourrait toutefois que cela se produise à d’autres moments et pour des durées plus longues si la situation concrète l’exige.

Lors de l’annonce aux médias de la tranche concernée par le délestage (ou les tranches en cas de situation extrême) par les ministres, on communiquera le numéro général de la tranche (par exemple : tranche 8).

La procédure de délestage en cas de pénurie d’électricité prévoit un ordre allant de la tranche 8 à 2 et reprenant ensuite à 8 jusque 2 à nouveau. La tranche 1 ne servirait donc a priori pas en cas de délestage « manuel » dû à une pénurie. Elle est réservée aux situations de délestage « automatique » faisant suite à un incident soudain mettant en danger le réseau électrique belge ou européen.

Si le délestage doit avoir lieu plusieurs jours de suite ou plusieurs fois, les tranches seront délestées à tour de rôle, par ordre décroissant de numérotation. Par exemple, admettons que la tranche 8 ait été désignée pour le lundi et qu’il ait encore un risque de pénurie le mardi, on choisira alors de passer automatiquement à la tranche 7. Cela serait également le cas si, le jour précédent, il y avait eu un risque de délestage de la tranche 8 mais que celle-ci n'avait pas été délestée. Et si quelques semaines plus tard, il faut à nouveau envisager un délestage, cela se poursuivra par la tranche 6, puis la 5 et ainsi de suite…

Précisons toutefois que s’il fallait recourir à plusieurs périodes de délestage au cours d’une même journée, il n’y aurait pas de rotation de tranche d’un délestage à l’autre. Le principe de rotation ne vaut que pour des journées différentes, sans quoi, il serait impossible pour les autorités locales d’assurer la sécurité publique et l’aide d’urgence à la population. 

Ces principes sont susceptibles d'être modifiés. Ce seront en définitive toujours les ministres qui décideront en fonction des conditions réelles quand le délestage se produit et selon quelles modalités exactes.

logo-BE-alert.pngVous souhaitez être prévenu en cas de menace de pénurie ou de délestage ?

Inscrivez-vous à BE-alert !

Plan de délestage dans les régions frontalières à l’étranger

Quelques habitations situées à l’étranger, en région frontalière, sont également raccordées au réseau de distribution électrique belge.

Environ 145 de ces habitations sont raccordées à des cabines reprises dans les tranches 2 à 8 du plan de délestage et pourraient donc, le cas échéant, être concernées en cas de délestage.

130 d’entre elles se situent aux Pays-Bas (communes de Roosendaal, Woensdrecht, Eijsden-Margraten, Leudal, Gulpen-Wittem, Baarle-Nassau) et les 15 autres, en France (communes de Lameries, Jeumont, Givet, Les Hautes Rivières, Fagny, Matton et Clémency).

Les gestionnaires de réseau de distribution belges informeront en temps utile les autorités locales et services de secours concernés.

Dernière mise à jour
5 février 2019

Dernières actualités pour ce thème

  1. Energie

    Saviez-vous que les prix des produits pétroliers sont plafonnés ?

  2. Energie

    Appel à manifestation d’intérêt

  3. Energie

    Tarif social pour l’électricité et le gaz naturel - Modification des tarifs à partir du 01.02.2019