Table of Contents

    Contexte

    Chaque année, à l’automne, Elia, le gestionnaire du réseau belge à moyenne et haute tension, publie ses perspectives pour l’hiver en matière d’approvisionnement de notre pays en électricité.

    S'appuyant d’une part sur l'analyse rassurante d’Elia indiquant un risque faible de pénurie d’électricité pour la période 2020-2021, et d’autre part sur l'avis de la Direction générale de l'Energie allant dans le même sens, aucune réserve stratégique n'a été constituée pour la période du 1er novembre 2020 au 31 mars 2021.

    Elia suit au jour le jour l’évolution des paramètres relatifs à l’approvisionnement de la Belgique en électricité et fournit régulièrement au gouvernement une mise à jour de la situation. 

    A tout moment, vous pouvez vérifier le niveau de risque de pénurie d’électricité pour les 7 prochains jours en consultant l’indicateur d’électricité d’Elia.

    logo-BE-alert.pngVous souhaitez être prévenu en cas de menace de pénurie ou de délestage ?

    Inscrivez-vous à BE-alert !

    Dans quelle mesure le conflit entre la Russie et l’Ukraine a-t-il un impact sur le marché belge de l’électricité ?

    Pour le moment, aucun impact direct du conflit sur la sécurité d’approvisionnement en électricité n’est identifié ou attendu. Le système électrique belge est en mesure de réagir à d’éventuels problèmes techniques, et il pourra également continuer à fonctionner dans le cas d’une chute des approvisionnements en gaz.

    En raison de l’escalade du conflit, les prix du gaz sur les marchés internationaux du gaz ont fortement augmenté. Bien qu’il y ait suffisamment de gaz naturel sur le marché belge, celui-ci est vendu à des prix très élevés. Cette situation est renforcée par l’incertitude concernant les sanctions possibles contre la Russie et les réactions éventuelles de cette dernière.

    Le prix de l’électricité est déterminé par la dernière centrale électrique nécessaire pour pouvoir répondre à la demande. Il s’agit généralement d’une centrale au gaz parce que les centrales nucléaires et les énergies renouvelables ne suffisent pas la plupart du temps. Le prix du gaz est donc un élément essentiel dans la détermination du prix de l’électricité car il s’agit d’un poste important au niveau du coût pour les centrales au gaz. La forte augmentation du prix du gaz naturel provoquée par le conflit en Ukraine est donc répercutée dans le prix de l’électricité.

    Actions à 4 niveaux

    Production

    Constitution d’une réserve stratégique

    Afin d'assurer le maintien de la sécurité d'approvisionnement en Belgique, l'instauration d'un mécanisme de réserve stratégique a été introduit dès 2014 dans la loi sur l'organisation du marché de l'électricité. L'activation de cette réserve stratégique est possible en cas de risque de pénurie survenant lors de la période hivernale (du 1er novembre au 31 mars de l'année suivante). Ce mécanisme a été approuvé par la DG Concurrence jusqu’à l’hiver 2021-2022 inclus.

    Le ministre de l’Energie décide, en janvier de chaque année, du volume de la réserve pour l’hiver à venir. Il peut revoir ce volume en septembre.

    Cette réserve stratégique peut consister en une quantité d’électricité :

    • produite par des unités de production récemment mises à l’arrêt mais pouvant être réactivées à tout moment lors de la période hivernale. Il s’agit là d’une mesure dite de « gestion de l’offre » ;
    • économisée par des clients acceptant de réduire, en tout ou en partie, leur consommation électrique pendant un certain temps, en cas de nécessité. Il s’agit là d’une mesure dite de « gestion de la demande ».

    Dans le cadre des missions qui lui sont confiées par la loi, Elia a établi une analyse concluant à un risque extrêmement faible de pénurie d’électricité pour l’hiver 2020-2021. De ce fait, la ministre de l'Energie a décidé de ne pas constituer de volume de réserve stratégique pour la période du 1er novembre 2020 au 31 mars 2021.

    Plus d'infos sur la réserve stratégique d'électricité.

    Calendrier de dénucléarisation

    Le calendrier de la sortie du nucléaire a été modifié, la durée de vie de Doel 1, Doel 2 et Tihange 1 ayant été prolongée jusqu'en 2025.

    Importations

    Depuis fin 2014, de multiples actions ont été entreprises pour améliorer l’interconnexion des réseaux électriques belges et néerlandais.

    L’hiver 2016-2017, un transformateur supplémentaire a été installé à la frontière nord du pays. Grâce à lui, la performance du réseau électrique est améliorée et il est plus aisé de gérer l’équilibre entre les flux d’énergie importés et les besoins.

    Elia continue à travailler à l’élaboration d’autres actions techniques permettant d'augmenter nos possibilités d’importations d’électricité en provenance des Pays-Bas.

    Depuis fin 2014, de multiples actions ont été entreprises pour améliorer l’interconnexion des réseaux électriques belges et néerlandais.

    L’hiver 2016-2017, un transformateur supplémentaire a été installé à la frontière nord du pays. Grâce à lui, la performance du réseau électrique est améliorée et il est plus aisé de gérer l’équilibre entre les flux d’énergie importés et les besoins.

    La Belgique a satisfait largement aux obligations européennes en matière d’interconnectivité avec la mise en service au  31 janvier 2019 d’une interconnexion sous-marine avec  le Royaume-Uni pour une capacité de 1.012 MW (https://www.nemolink.co.uk) et  une augmentation de la capacité d’échange avec l’Allemagne de 1.000 MW depuis le 9 novembre 2020 (projet ALEGrO).

    De plus, Elia continue à travailler à l’élaboration d’autres actions techniques permettant d'augmenter nos possibilités d’importations d’électricité en provenance des Pays-Bas.

    Le tarif de déséquilibre

    Cette mesure ne concerne pas les particuliers et les entreprises mais bien les acteurs du marché de gros de l’électricité qui achètent et vendent de l’électricité pour le compte des fournisseurs.

    Cette mesure assez complexe doit inciter les fournisseurs d’énergie à stimuler leurs clients à réduire leur consommation d’électricité en cas de pénurie.

    Elle fixe un tarif pénalisant les fournisseurs qui ne joueraient pas le jeu de l’économie d’énergie. C’est ainsi qu’un tarif de déséquilibre est appliqué lorsque les deux conditions suivantes sont remplies : la réserve stratégique est activée et l’existence d’une pénurie structurelle en temps réel est confirmée.

    L’objectif de cette mesure est de réduire le risque de délestage.

    Plus d’informations sur le tarif de déséquilibre sur le site d’Elia.

    Mesures de réduction de la demande

    En mai 2013, la Direction générale de l’Energie du SPF Economie a entamé une étude sur la détermination des mesures de réduction de la demande en électricité susceptibles d’être utilisées en cas de menace de pénurie ou de pénurie effective.

    Sur la base d’une étude du consultant Deloitte et des travaux réalisés depuis 2012, différentes mesures de réduction de la demande ont été étudiées par la Direction générale de l’Energie.

    Ces mesures peuvent être scindées en deux catégories :

    • des mesures de sensibilisation basées sur des actes volontaires des acteurs des différents secteurs ;
    • des mesures contraignantes imposées par un texte légal.

    Les mesures de sensibilisation font l’objet de la campagne OFF ON lancée en 2014.

    Ces différentes mesures de réduction de la consommation peuvent être regroupées en quatre grandes catégories :

    1. Citoyens et secteur résidentiel :
      • mesures de sensibilisation et mesures d’interdiction visant à réduire la consommation des citoyens dans leur vie quotidienne (chauffage, appareil en veille, appareils électroménagers, éclairage, etc.)
    2. Bâtiments :
      • mesures de sensibilisation et mesures d’interdiction visant à réduire la consommation des bâtiments sur différents aspects (éclairage, chauffage, ventilation, IT, etc.)
        Tous les bâtiments à caractère privé ou public sont visés par ces mesures :
        • bâtiments administratifs ;
        • magasins et commerces ;
        • etc.

    La Direction générale de l’Energie a rédigé à ce sujet un document comprenant une procédure permettant de réduire la consommation d’énergie des bâtiments non résidentiels.

    1. Eclairage :
      • mesures de sensibilisation et mesures d’interdiction visant à réduire au maximum l’éclairage et à supprimer tout éclairage superflu via notamment une réduction/suppression de :
        • l’éclairage résidentiel extérieur, l’éclairage décoratif, etc. ;
        • l’éclairage de certaines routes et des autoroutes ;
        • l’éclairage extérieur des bâtiments, lieux et monuments publics (fontaines, monuments, musées, etc.) ;
        • les enseignes publicitaires, l'éclairage de Noël, etc.
    2. Transport ferroviaire :
      • mesures de réduction de la consommation dans les gares, les trains (chauffage, etc.) et autres infrastructures.
    Dernière mise à jour
    14 mars 2022