En vertu du Règlement (CE) n°1099/2008, la DG Energie du SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie produit mensuellement les statistiques officielles concernant l’approvisionnement et la consommation d’électricité en Belgique.

Ces données officielles sont définitives 2 mois après la fin de la période de référence. Certaines données très précoces (qui portent sur les 2 mois précédant le mois actuel) sont cependant également présentées ici. Ces données-là sont provisoires. Cela signifie qu’il s’agit d’une première estimation fiable (un écart maximal d’environ 2 points de pourcentage a été observé par rapport aux données officielles) et qu’elles ne sont donc pas encore définitives.

Les principales variations entre les données précoces et définitives sont généralement observées au niveau de la consommation calculée et de la production issue des vecteurs thermiques. Pour cette raison, les estimations de la production d’électricité par source énergétique des 2 derniers mois reprises dans l’infographie ci-dessous ne sont fournies que pour le nucléaire, l’éolien et le solaire, le reste étant agrégé.

Production mensuelle d’électricité par source d’énergie en GWh

Source  : SPF Economie – Direction générale Energie
* Le  « Thermique – renouvelable » contient la biomasse solide et liquide, le biogaz et les déchets renouvelables. Le « Thermique - non-renouvelable » contient les combustibles fossiles solides et liquides, le gaz naturel et les déchets non renouvelables. Dans « Autres » figurent l’hydrogène et la récupération de chaleur chimique.


Durant les 12 mois allant de juin 2023 à mai 2024, la production d’électricité brute mensuelle a varié entre 5.390 GWh (en septembre 2023) et 7.308 GWh (en janvier 2024). La production de septembre 2023 (5.390 GWh) est la production mensuelle d’électricité brute la plus basse depuis fin 2018.

La production d’électricité à partir d’énergie éolienne et solaire enregistre une forte fluctuation (entre 613 GWh et 2.023 GWh pour l’énergie éolienne et entre 111 GWh et 1.185 GWh pour l’énergie solaire au cours de l’année courante). C’est dû à leur dépendance aux conditions météorologiques. Le pic de production d'énergie éolienne se produit habituellement durant les mois d'hiver en raison d'une vitesse moyenne du vent plus élevée. À l’inverse, le pic de production pour l'énergie solaire se situe entre la fin du printemps et l'été en raison des plus longues périodes d’ensoleillement.

La consommation électrique étant plus élevée en hiver, la production l’est en général également à cette période. Nous avons toutefois pu observer en juillet 2023 un niveau de production plus élevé. Juillet 2023 a en effet été anormalement venteux, ce qui a entraîné un excédent de production et des exports nets (visibles dans le graphe ci-dessous).Hormis cet événement, la production électrique belge est, depuis la fermeture permanente de 2 installations nucléaires (Doel 3 en octobre 2022 et Tihange 2 en février 2023), à un niveau plus bas que d’habitude. Des fermetures temporaires d’autres unités de production sont aussi parfois à signaler.

Pour faire face à la hausse de la demande provoquée par une chute des températures, plusieurs grandes centrales au gaz ont augmenté leur production d’électricité en janvier 2024. Des conditions météorologiques plus favorables (températures plus clémentes) ont amené ces centrales à réduire leur production au cours des mois suivants.

Approvisionnement du marché belge de l’électricité en GWh

Source : SPF Economie – Direction générale Energie

 

À partir d’avril 2023, après 18 mois d’exportations nettes, les importations nettes sont à nouveau positives, hormis en juillet 2023. étant donné la très grande interconnectivité du réseau électrique belge, de nombreux facteurs peuvent expliquer ce changement de position. On peut citer notamment une baisse de la production intérieure (fermetures de Doel 3 et Tihange 2) ainsi qu’une production plus importante en France via une meilleure disponibilité de leur parc nucléaire vis-à-vis de l’hiver 2022-2023.

La différence entre la quantité d'électricité disponible (production nette + importations nettes) et la consommation finale calculée est due, d'une part, à la quantité d'électricité consommée dans les stations de pompage et, d'autre part, aux pertes de réseau. Ces deux facteurs ne sont pas inclus dans la consommation finale calculée.

La consommation d’électricité a atteint en juillet 2023 un record historique vers le bas (5.568 GWh) depuis le début des relevés officiels (2008). Cette diminution de la consommation peut en partie être attribuée à la crise énergétique consécutive à la situation géopolitique en Ukraine.

Evolution de la consommation électrique en GWh

Par rapport aux années précédentes, la consommation électrique belge fut relativement faible en 2022, et est devenue significativement plus basse à partir de septembre 2022 en comparaison aux mêmes mois des années passées. Un niveau historiquement bas de la consommation électrique a été observé durant l’été 2023 (la consommation mensuelle la plus basse historiquement enregistrée a été de 5.568 GWh en juillet 2023). Les consommations continuent à être plus basses que la normale actuellement (la valeur historique basse pour le mois d’avril est celle d’avril 2020, qui fut anormalement basse suite au confinement), malgré la diminution des prix énergétiques, qui se sont stabilisés.

Cette baisse structurelle de la consommation électrique s’observe dans l’industrie mais aussi dans d’autres secteurs économiques.

Imports nets des pays voisins en GWh

Source : SPF Economie – Direction générale Energie.


La Belgique est interconnectée avec tous ses pays frontaliers (France, Luxembourg, Allemagne, Pays-Bas) et le Royaume-Uni pour une capacité d’échanges commerciaux maximale de 6.500 MW.

Après de nombreux mois de flux nord-sud importants, dus en partie à une disponibilité exceptionnellement faible des centrales nucléaires françaises, la tendance historique d’importations nettes positives depuis la France est de nouveau d’actualité depuis avril 2023.

Sources d’énergie renouvelables

Production d’électricité en GWh à partir de sources d’énergie renouvelables pour mars 2024 en GWh

Source : SPF Economie – Direction générale Energie

 

Durant le mois de mars 2024 (dernier mois pour lequel les données définitives sont disponibles), la production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelables s’établissait à 1.953 GWh, ou 33,9 % de la production totale brute d’électricité. Les contributions principales provenaient de l’énergie éolienne (1.105 GWh) et de l’énergie solaire (575 GWh).

À partir d'avril 2023, la production d’électricité à base de biomasse solide s’est réduite en raison de l’arrêt de production par la centrale de Rodenhuize, qui était la principale centrale à biomasse de Belgique.

Production d’électricité à partir d’énergie éolienne en GWh

Source : SPF Economie – Direction générale Energie

 

Le record historique, enregistré en février 2022 (1.843 GWh), a été battu en décembre 2023 (2.023 GWh).

La construction de la 2e vague de parcs offshore au large de la côte belge s’est achevée fin décembre 2020, amenant la capacité installée à 2.262 MW. 

Production d’électricité à partir d’énergie solaire en GWh

Source : SPF Economie – Direction générale Energie.

La capacité de panneaux solaires installés a fortement augmenté ces dernières années, doublant depuis 2015 (3,1 GW) pour atteindre les 6,5 GW fin 2022. Dans le graphique ci-dessus, la distribution de la production minimale et maximale d'électricité solaire par mois pendant la période 2015-2022 est représentée en vert clair.

La capacité installée a augmenté d’environ 25% entre 2022 et 2023 , ce qui a entraîné une augmentation de la production malgré un taux d’insolation proche de la normale en 2023 mais bien plus faible que 2022. Janvier 2024 a été plus de 20% plus ensoleillé que la normale, alors que l’ensoleillement de février 2024 a représenté moins de 50% de la normale. Février 2024 fut ainsi un des 3 mois de février les moins ensoleillés depuis 1991, selon l’IRM. Toujours selon l’IRM, mars et avril 2024 ont été modérément moins ensoleillés que la normale, tandis que mai 2024 a été parmi les 3 mois de mai les moins ensoleillés depuis 1991.

Contact E2-EMES@economie.fgov.be

Dernière mise à jour
19 juillet 2024