Table of Contents

    Part du gaz naturel dans le marché de l’énergie belge

    En 2022, le gaz naturel représentait 24,5 % de la consommation d’énergie primaire de la Belgique, soit 166,8 TWh PCS. Il s’agit du deuxième vecteur énergétique utilisé en Belgique.

    La place du gaz naturel est également illustrée dans la publication Belgia Energy Data Overview, qui fournit une vue d’ensemble des dernières données officielles disponibles sur le marché de l’énergie en Belgique.

    Approvisionnement en gaz naturel de la Belgique

    Production

    La Belgique ne produit que de petites quantités de gaz naturel pour sa consommation propre : le biométhane et le gaz de mine.

    Le biogaz, composé partiellement de méthane et donc non assimilable au gaz naturel, est produit depuis de nombreuses années en Belgique. Il est cependant utilisé principalement dans les unités de cogénération pour la production d’électricité et de chaleur. Depuis 2018, une partie de ce biogaz est transformée en biométhane et injectée dans le réseau. Il existe aujourd’hui sept sites d’injection de biométhane.

    Depuis 2019, le gaz de mine, contenant principalement du méthane, est également extrait pour la production d’électricité. L’infographie 1 présente la production de gaz naturel en Belgique entre 2017 et 2022, exprimée en GWh.

    Infographie 1. Production de gaz naturel en Belgique de 2017 à 2022, en GWh

      

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie.

    Stockage

    En Belgique, la seule installation de stockage souterraine de gaz se trouve à Loenhout. Sa capacité est comprise entre 8,4 et 8,9 TWh (Working Volume), dont 7,6 TWh sont alloués aux capacités commerciales fixes (Golden Standard Bundled Unit).

    Importation

    La Belgique importe la plus grande partie du gaz naturel destiné à sa consommation. Disposant de connexions directes via gazoduc avec les pays frontaliers (France, Pays-Bas, Luxembourg, Allemagne et Royaume-Uni) ainsi qu’avec la Norvège, notre pays constitue une plaque tournante pour le gaz naturel. Le terminal de Zeebrugge permet, en outre, l’importation et l’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) par méthaniers et camions.

    En vertu du règlement (CE) no 1099/2008 du Parlement européen et du Conseil du 22 octobre 2008 concernant les statistiques de l'énergie, les États membres de l’Union européenne doivent produire des rapports mensuels et annuels sur le commerce du gaz à l’intérieur de leurs frontières. Ces rapports sont envoyés à Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.

    L’infographie 2 présente l’origine du gaz naturel consommé ou stocké en Belgique entre 2017 et 2022. Elle comprend la consommation de gaz naturel sur le réseau de Fluxys Belgium, le gestionnaire du réseau belge de transport de gaz naturel, ainsi que les connexions directes et le GNL utilisé sans être préalablement regazéifié, et est exprimée en TWh.

    Infographie 2. Origine du gaz naturel consommé ou stocké en Belgique de 2017 à 2022, en TWh

      

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie.

    Ces données diffèrent de celles rapportées à Eurostat, car les définitions utilisées ne sont pas les mêmes. En effet, par convention, les données annuelles d’importation rapportées à Eurostat comprennent tout le GNL regazéifié et injecté dans le réseau, qu’il soit consommé ou non en Belgique. Elles englobent donc non seulement le GNL consommé ou stocké en Belgique, mais également le GNL réexporté via gazoduc vers les pays voisins.

    Pour déterminer l'origine du gaz naturel importé ainsi que la destination du GNL regazéifié et réexporté, une modélisation est réalisée sur la base des données de flux horaires fournies par Fluxys Belgium. Les données des connexions directes ainsi que le GNL utilisé en Belgique sans être préalablement regazéifié sont ensuite ajoutés aux résultats de la modélisation.

    Hormis le GNL regazéifié et réexporté, traité différemment comme indiqué plus haut, les données annuelles n’incluent pas le gaz naturel qui transite par la Belgique. Celui-ci est toutefois bien repris dans les données mensuelles, pour lesquelles les importations et exportations incluent « tous les volumes de gaz naturel qui ont physiquement franchi les frontières nationales du pays ».

    Entre 2017 et 2021, 56 % en moyenne du gaz naturel entré sur le territoire belge a transité vers les pays voisins. Pour compenser la forte diminution des importations de gaz russe en Europe, davantage de gaz a traversé la Belgique vers l’est en 2022, portant le transit à 73 % des entrées.

    En outre, tandis que, dans le rapportage annuel, un travail supplémentaire est effectué pour déterminer la provenance réelle des importations et la destination finale des exportations, dans le rapportage mensuel, les pays d’importation et d’exportation pour le gaz transporté via gazoduc sont déterminés par le point d’entrée ou de sortie du territoire belge, c’est-à-dire un pays frontalier.

    Les données mensuelles sont publiées sur la page web Suivi des objectifs européens concernant la consommation et le stockage de gaz naturel.

    L’infographie 3 compare les données mensuelles d’importation (entrées) de gaz naturel pour 2022 aux données annuelles d’importation de gaz naturel pour la même année telles que rapportées à Eurostat (donc incluant le GNL regazéifié et réexporté), et aux données annuelles montrant l’origine du gaz naturel consommé ou stocké en Belgique (hors ce GNL regazéifié et réexporté) comme présenté dans l’infographie 2. 

    Infographie 3. Comparaison des données de consommation belge de gaz naturel pour 2022 aux données annuelles d’importation (définition Eurostat) et aux données mensuelles d’importation (entrées totales), en %

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie.

    Consommation belge de gaz naturel

    Désagrégation par usage et par secteur

    En 2022, la plus grande part (93,7 %) du gaz naturel consommé en Belgique a été utilisée à des fins énergétiques. Les 6,3 % restants correspondent à des utilisations non énergétiques, principalement pour la production d’hydrogène et d’engrais.

    Plus d’un tiers du gaz naturel consommé à des fins énergétiques en Belgique est utilisé dans les secteurs des services et résidentiel. Une part importante de cette consommation est allouée au chauffage et fluctue donc selon les conditions climatiques. Une analyse de la consommation énergétique des ménages est publiée annuellement sur le site du SPF Economie.

    L’industrie représente un peu moins d’un tiers de la consommation énergétique de gaz naturel. L’industrie chimique et pharmaceutique consomme à elle seule presque 10 % du gaz naturel utilisé à des fins énergétiques.

    Enfin, un peu plus d’un quart de la consommation énergétique de gaz naturel sert à la production d’électricité et de chaleur. Les centrales à gaz belges sont généralement utilisées en appoint, lors de pics de consommation ou lorsque la production solaire ou éolienne est insuffisante pour couvrir les besoins en électricité, ou pour produire de la chaleur dans le cas des unités de cogénération. Les données de production mensuelle d’électricité sont publiées sur le site du SPF Economie.

    L’infographie 4 présente la consommation énergétique annuelle de gaz naturel par secteur pour 2022. Elle comprend la consommation de gaz naturel sur le réseau de Fluxys Belgium, ainsi que les connexions directes et le GNL utilisé sans être préalablement regazéifié.

    Infographie 4. Consommation énergétique belge de gaz naturel par secteur pour 2022, en %

     

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie.

    Focus sur le transport

    Chaque année, le SPF Economie détermine les quantités de gaz naturel compressé (GNC) et de gaz naturel liquéfié (GNL) utilisées pour le transport routier grâce à une enquête auprès des gestionnaires de stations-service.

    L’infographie 5 présente les données de ventes de GNC et GNL routiers, exprimées en TWh. Alors que les ventes de ces carburants, en particulier celle du GNL, ont connu une forte progression depuis quelques années, elles enregistrent une diminution en 2022. Cette tendance pourrait être attribuée à l’augmentation des prix du gaz naturel, le rendant moins intéressant que les carburants pétroliers pour les utilisateurs qui ont le choix entre les différents carburants (véhicules ou flottes mixtes).

    Infographie 5. Ventes de GNC et GNL routiers de 2017 à 2022, en TWh

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie.

    Facteur d’émission et pouvoirs calorifiques annuels

    Les émissions de CO2 du gaz naturel consommé dans les secteurs résidentiel, tertiaire et agricole ainsi que dans certains secteurs industriels appartiennent à une catégorie clé de l’inventaire des gaz à effet de serre de la Belgique. Un facteur d’émission de CO2 spécifique à la Belgique est nécessaire pour le calcul de ces émissions.

    Ce facteur d’émission est calculé annuellement, sur la base de la modélisation réalisée par le SPF Economie pour déterminer l’origine des importations de gaz naturel et en collaboration avec Fluxys Belgium.

    Tableau 1. Facteur d’émission de CO2 spécifique du gaz naturel consommé en Belgique de 2017 à 2022, en kg CO2/GJ

    2017

    2018

    2019

    2020

    2021

    2022

    56,53

    56,46

    56,40

    56,51

    56,50

    56,27

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie, Fluxys Belgium.

    Le pouvoir calorifique supérieur (PCS) est une caractéristique essentielle d’un combustible, il indique la performance énergétique de celui-ci. Un PCS représentatif du mix de gaz naturel consommé en Belgique, ainsi qu’un PCS massique utilisé pour la conversion des volumes de GNC routier, sont calculés annuellement par le SPF Economie sur la base des données issues de la modélisation précitée et des données de consommation, fournies, entre autres, par Fluxys Belgium.

    Tableau 2. Pouvoir calorifique supérieur du gaz naturel consommé en Belgique de 2017 à 2022, en TJ PCS/Mm3(s)

    2017

    2018

    2019

    2020

    2021

    2022

    38,162

    38,193

    38,318

    38,371

    38,342

    38,571

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie, Fluxys Belgium.

    Tableau 3. Pouvoir calorifique supérieur massique du gaz naturel consommé en Belgique de 2017 à 2022, en TJ PCS/kt

     2017

    2018

    2019

    2020

    2021

    2022

    47,75

    48,01

    48,20

    48,07

    48,09

    48,88

    Source : SPF Economie – Direction générale de l’Energie, Fluxys Belgium.

    Dernière mise à jour
    6 mars 2024