Table of Contents

    Consommation mensuelle de Diesel et Essence
    Source : SPF Economie – Direction générale Energie

    La consommation mensuelle de l’essence a connu une croissance ininterrompue jusqu’à février 2020. Depuis 2013, le volume consommé a doublé, résultat des ventes croissantes de véhicules à essence. La consommation mensuelle du diesel connaît pour sa part un développement plutôt constant voire légèrement décroissant. Depuis 2018, le nombre de voitures personnelles alimentées au diesel est en baisse.

    Ce constat s’explique notamment par la politique fiscale appliquée. Sous l’effet de celle-ci, les accises sur le diesel ont connu une forte augmentation au cours des dernières années, tandis que les accises sur l’essence ont légèrement baissé. À partir de mars 2020, une baisse très marquée de la consommation, tant du diesel que de l’essence, est observée à la suite des mesures prises contre le coronavirus . La consommation d’essence et de diesel a atteint son niveau le plus bas en avril 2020, pour partiellement se rétablir à partir de mai 2020.  Les différentes phases de déconfinement et de reconfinement mènent depuis lors à des variations significatives mais moins importantes de la consommation, comme analysé ci-dessous.

    Détail concernant la consommation d’essence

    Comparaison de la consommation de l'essence 95RON et 98RON
    Source : SPF Economie – Direction générale Energie

    L’impact de l’introduction de la variante essence E10 95RON en 2017 est très visible au niveau de la consommation d’essence 98RON. En effet, il est conseillé d’utiliser préférentiellement la variante 98RON pour les véhicules plus anciens, ce qui se reflète clairement dans les chiffres croissants de sa consommation.

    Impact des mesures contre le coronavirus

    Les graphiques ci-dessous montrent l'impact des mesures contre le coronavirus sur la consommation des principaux produits pétroliers. Les graphiques sont toujours structurés de la même manière : une fourchette représentant les proportions minimale et maximale relatives de la consommation sur la période 2015-2019. Les consommations sont comparées à la consommation du mois de janvier de l'année précédente (les ratios de l’année 2021 sont donc calculés par rapport à janvier 2020) . Ceci permet d’évaluer l'évolution des données de consommation pour 2020 et 2021 afin de déterminer dans quelle mesure nous divergeons d’une situation « normale ».

    Le début d’année 2021 est caractérisé par un confinement moins strict que celui du printemps 2020 mais diminuant assez fortement les trajets individuels. Cela se reflète dans les chiffres avec une consommation assez basse en janvier et février. Une réouverture partielle des services a été observée en mars 2021, ce qui a un impact à la hausse sur la consommation des carburants pétroliers.

    Graphique consommation de l'essence en 2020 par rapport au spread 2015-2019
    Source : SPF Economie – Direction Générale de l’Energie.

    En avril 2021, nous constatons que la consommation d’essence se stabilise à 90 % de la consommation de janvier 2020. Cette valeur reste fortement inférieure aux valeurs normales qui varient entre 117 % et 127 % de la consommation du mois de janvier de l’année précédente sur la base des 5 dernières années.

    Graphique consommation du diesel en  2020 par rapport au spread 2015-2019
    Source : SPF Economie – Direction Générale de l’Energie.

    Concernant le diesel B7, on constate que la consommation en avril 2021 est redescendue à 96 % de la consommation de janvier 2020. Cette valeur est la valeur minimale de la fourchette de la valeur normale attendue, qui varie entre 96 % et 106 % sur la base des 5 dernières années.  

    Les mesures prises ont donc un impact moindre, même si prononcé, sur la consommation de diesel que sur la consommation d'essence. Cela vient du fait que les poids lourds, roulant au diesel B7, ont en grande partie continué à circuler, contrairement à une part non-négligable de voitures. 

     

    Grahphique consommation de kérosène en 2020 par rapport au spread 2015-2019
    Source : SPF Economie – Direction Générale de l’Energie.

    En avril 2021, on constate que la consommation de kérosène (utilisé dans l'aviation) est légèrement remontée à 82 % de la consommation de janvier 2020. Cette valeur reste inférieure aux valeurs normales qui varient entre 116 % et 119 % de la consommation de janvier de l’année précédente sur la base des 5 dernières années. La cause de cette évolution tient bien sûr à l'arrêt presque complet du trafic de passagers jusqu’en juin suivie de la réintroduction progressive des vols internationaux. Le deuxième confinement n’a pas l’air d’avoir d’impact plus marqué sur cette consommation jusqu’à présent.  

    Graphique consommation de gasoil en 2020 par rapport au spread 2015-2019
    Source : SPF Economie – Direction Générale de l’Energie.

    En raison de la forte baisse du prix des produits pétroliers, la consommation de gasoil (souvent utilisé comme combustible de chauffage) est montée à 138 % en mars 2020. Cette consommation est graduellement descendue jusqu’à revenir aux consommations normales depuis juin 2020. En avril 2021, la consommation de gasoil est de 80 % de la consommation de janvier 2020, ce qui est  à légèrement supérieur aux valeurs normales qui varient entre 47 et 74 % de la consommation de janvier de l’année précédente sur la base des 5 dernières années. Ceci est vraisemblablement une conséquence de la vague de froid observée en début d'année 2021.

    Remarque : le terme de « consommation » se réfère aux volumes de carburants mis à la consommation. Le moment de la vente aux consommateurs finaux et, plus encore, de la consommation effective est souvent plus tardif que le moment de la mise à la consommation (en particulier pour le gasoil utilisé pour le chauffage). 

    Les chiffres d'avril 2021 ne sont pas encore définitifs mais donnent déjà une image fiable de l’évolution des consommations. 

    Contact E2-EMES@economie.fgov.be

    Dernière mise à jour
    27 mai 2021