Recherche et développement en matière d’énergie nucléaire

Le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire, l’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies, l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire, les universités et le secteur privé sont actifs dans le domaine de la recherche et du développement en nucléaire.

Cette recherche couvre divers aspects de l’utilisation pacifiste de la radioactivité, citons par exemple :

  • le développement de nouvelles technologies liées au nucléaire (la Belgique supporte le projet MYRRHA et participe au projet de réacteur à fusion ITER) ;
  • le stockage des déchets radioactifs ;
  • l’étude de l’incidence de la radioactivité sur l'homme ;
  • la protection de l'environnement ;
  • l’exploitation sûre de centrales nucléaires.

La Belgique participe aux programmes conjoints européens (EJP) en recherche nucléaire en ayant été désignée « propriétaire de programme » pour les programmes de recherche EUROfusion et Concert. La participation de la Belgique au programme européen de recherche en gestion des déchets Euradwaste est en cours de préparation.

Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire

Le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK•CEN) a été créé pour effectuer ces recherches et pour développer les connaissances dans ce domaine. A cette fin, le SCK•CEN dispose de grandes installations, telles que les réacteurs de recherche BR1, BR2, les cellules blindées pour la recherche de matériaux radioactifs et les laboratoires spécialisés, tel que le laboratoire souterrain HADES.

Le Centre est une fondation d'utilité publique, disposant d’un statut de droit privé, sous la tutelle du ministre fédéral belge de l'Energie.

Le SCK•CENest un des centres de recherche non universitaires les plus importants de Belgique. Ses laboratoires se trouvent à Mol et son siège social à Bruxelles.

Mission statutaire

Le SCK•CEN a été créé en 1952 dans le but de permettre aux milieux académiques et industriels belges d'accéder au développement de l'énergie nucléaire dans le monde entier.

Dès 1991, sa mission statutaire accorde une priorité à l'étude des aspects sociaux en matière de :

  • sécurité des installations nucléaires ;
  • radioprotection ;
  • traitement sûr et stockage de déchets radioactifs ;
  • lutte contre la prolifération incontrôlée de matières fissiles ;
  • lutte contre le terrorisme nucléaire.

Le Centre développe, collecte et transmet ses connaissances par la formation et la communication. Son savoir-faire et son infrastructure sont également mis à disposition de l'industrie nucléaire, du secteur médical et des autorités.

Siège social

SCK•CEN
Avenue Herrmann Debroux 40
1160 Brussel
Tél. : 02 661 19 51
Fax : 02 661 19 58
E-mail : info@sckcen.be

Siège d’exploitation et laboratoires

SCK•CEN
Boeretang 200
2400 Mol
Tél. : 014 33 21 11
Fax : 014 31 50 21
E-mail : info@sckcen.be

Les grands projets de R&D en Belgique

Le SCK•CEN travaille en parallèle sur plusieurs options du cycle du combustible, il participe notamment au programme européen sur la séparation et la transmutation.

Parmi ses projets, citons le projet HADES (High Activity Disposal Experimental Site) qui est une importante infrastructure de recherche pour l’enfouissement géologique, puisqu’il s’agit d’une galerie creusée en sous-sol à une profondeur de 224 m. Construit dès 1980, ce laboratoire a été agrandi en 1997-1999 et en 2001-2002. L’installation HADES permet d’étudier in situ l’argile de Boom, une des argiles étudiées pour accueillir l’installation de stockage géologique belge. Durant les dernières décennies, de nombreux aspects touchant à la sureté à long terme d’une installation de stockage géologique ont pu être étudiés grâce à HADES. Le laboratoire souterrain reste encore aujourd’hui une référence pour la recherche sur l’enfouissement géologique dans des formations argileuses. Ce projet est géré par un groupement d’intérêt économique entre l’ONDRAF et le SCK•CEN, le GIE EURIDICE (« European Underground Research Infrastructure for Disposal of nuclear waste in Clay Environment ») dont le but est d’apporter une contribution active aux études de faisabilité du stockage final des déchets radioactifs en couches argileuses.

En complément du programme de recherche et développement sur le stockage géologique, le SCK•CEN étudie la transmutation des déchets hautement radioactifs en vue de réduire leur volume et d’écourter leurs temps de vie. Dans ce but, le SCK•CEN développe un réacteur de recherche hybride, appelé MYRRHA, qui est un système piloté par accélérateur.

La Belgique et la coopération nucléaire avec des pays tiers

Le Traité EURATOM comporte un volet international qui permet de tisser un important réseau d’accords avec des pays de toutes les régions du globe.

La coopération avec des tiers pays s’effectue dans plusieurs domaines et, du point de l’énergie nucléaire, se concentre sur trois plans : l’approvisionnement en matières nucléaires, la recherche et développement nucléaire, et la sûreté nucléaire.

Approvisionnement en matières nucléaires

Afin de préserver l’approvisionnement des réacteurs nucléaires sur le territoire européen, des accords de coopération ont été conclus avec le Canada, l’Australie, le Kazakhstan, les Etats-Unis, l’Ouzbékistan et l’Ukraine.

Recherche et développement nucléaire

Depuis leur lancement en 1984, les programmes-cadres jouent un rôle prépondérant dans les activités de recherche pluridisciplinaires et de coopération en Europe et avec les pays tiers.

Le Programme-cadre européen de recherche et de développement possède un volet Euratom regroupant les activités de recherche et de formation en matière nucléaire. Une série de pays tiers, par exemple la Suisse, y participe également.

Par ailleurs, il existe, spécifiquement pour la recherche nucléaire, des accords européens avec le Canada, les Etats-Unis et l’Argentine.

Il existe des accords bilatéraux dans le domaine de la recherche nucléaire avec la Corée du Sud et la Chine.

Sûreté nucléaire

L’action d’Euratom en faveur du renforcement de la sûreté des installations nucléaires dans les pays de l'Europe centrale et orientale et de la Communauté des Etats indépendants, s’est traduite à travers plusieurs initiatives.

La Belgique participe à ces initiatives internationales via la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), via des programmes européens ou encore via des programmes bilatéraux. Citons par exemple :

  • la participation à l’Instrument de coopération pour la sécurité nucléaire (ICSN). Cet instrument finance des mesures destinées à améliorer la sûreté nucléaire et la protection radiologique ainsi que la mise en œuvre de contrôles de sûreté effectifs et efficaces dans les pays tiers. Cette coopération initialement focalisée sur les anciens pays de l’Union soviétique s’est élargie aux pays voisins de l’UE.
  • La mise en place par la Belgique d’un programme d’assistance bilatérale. Ce programme s’inscrit dans le cadre de projets d’assistance aux pays de l’Europe orientale qui ont adhéré à l’UE. Cette coopération concerne le démantèlement de centrales nucléaires mises hors service, la gestion des déchets radioactifs et le soutien aux autorités de sûreté.

Rapports annuels

Dernière mise à jour
23 novembre 2018

Dernières actualités pour ce thème

  1. Protection des consommateurs
    Energie

    Harmonisation européenne des étiquettes des carburants

  2. Energie

    Projet de plan de développement fédéral 2020-2030 - consultation publique