Monitoring Brexit : Impact sur l'économie belge - note de synthèse mars 2019

Monitoring Brexit : Impact sur l'économie belge - note de synthèse mars 2019

Éditeur
SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie
Date de publication

A la suite des résultats du référendum du 23 juin 2016, les Britanniques ont choisi de quitter l’Union européenne. Si la sortie du Royaume-Uni n’est pas immédiate, elle ne sera pas sans répercussions économiques même si les effets sont difficiles à chiffrer compte tenu des incer-titudes qui entourent encore les modalités concrètes de sortie.

La Belgique, de par sa proximité et ses relations étroites avec le Royaume-Uni, ne restera pas indemne au Brexit. En effet, le Royaume-Uni est l’un des plus importants partenaires com-merciaux de la zone euro et de la Belgique. Entre 2016 et 2018, la part du Royaume-Uni dans le total des exportations de l’industrie manufacturière de la Belgique s’est élevée en moyenne à 7,5 % (concept national) et celle des importations à 4,7 %. Au cours de la période 2015-2017, la part du Royaume-Uni, dans le total des flux commerciaux de services de la Belgique, s’est élevée en moyenne à 8,7 % pour les exportations et à 9,0 % pour les importations. Outre la question des exportations et des importations, il apparaît que les intérêts réciproques des deux pays sont étroitement liés, notamment en ce qui concerne les stocks d’investissements directs étrangers qui sont très importants en Belgique mais également au Royaume-Uni. Le Royaume-Uni constitue une terre d’investissements importante pour la Belgique. Pourtant, le lien financier (part du RDT issue du RU) entre la Belgique et le Royaume-Uni est plus faible qu’avec les autres pays voisins. Considérant la valeur ajoutée qui découle de la demande finale britannique, il apparaît néanmoins que le Royaume-Uni est plus important pour la Belgique que pour les pays voisins. Le Brexit aura par conséquent un impact sur le commerce extérieur, mais aussi sur les investissements directs étrangers ainsi que sur les marchés financiers. C’est pourquoi, il a été décidé de mettre sur pied une « Task force » permettant de répondre aux préoccupations des acteurs de la vie économique belge mais également d’informer le mi-nistre via le développement et le recueil d’analyses économiques pertinentes pour les intérêts belges.

Dans le droit fil de cette « Task Force », un Monitoring Brexit, projet commun de la Banque nationale de Belgique, du Bureau fédéral du Plan et du SPF Economie a été réalisé en vue d’examiner l’impact du Brexit sur les économies des deux pays.

La présente note comporte quatre parties. La première partie donne un état des lieux des né-gociations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. La deuxième partie reprend les faits saillants issus de l’analyse des évolutions économiques au Royaume-Uni à partir des derniers indicateurs de court terme de nature économique, financière et commerciale ainsi que pour la Belgique principalement au travers des échanges commerciaux et des échanges en valeur ajoutée. La troisième partie met en exergue l’impact économique du Brexit tant pour le Royaume-Uni que pour les pays européens ainsi que l’impact en termes de tarifs douaniers pour la Belgique d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord. Enfin, la dernière partie aborde le Brexit Impact Scan ainsi que le Road Show mis en place pour prépa-rer les entreprises au Brexit.

La présente analyse a été clôturée le 26 mars 2019.

Dernière mise à jour
11 avril 2019