034-21 Contrefaçon Namaak.jpg
Oublie, c’est du fake ! Durant une semaine, huit influenceurs ont piégé leurs followers en leur vantant des produits contrefaits, avant de leur dévoiler la supercherie. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une campagne de sensibilisation aux dangers de la contrefaçon menée par le SPF Economie à destination des 15-24 ans.

Un jeune sur dix âgé de 15 à 24 ans a admis avoir acheté consciemment des produits contrefaits en 2020. Cette tranche d’âge est par ailleurs la plus grosse consommatrice de produits contrefaits.

Il est important de poursuivre notre travail de sensibilisation autour des méfaits qui découlent de la contrefaçon. Et en particulier auprès des plus jeunes. L’achat conscient de produits contrefaits chez les 15-24 ans est en recrudescence et cela doit résonner comme un signal d’alarme ! En plus d’être un fléau pour l’économie, la contrefaçon expose souvent ses adeptes à des produits de mauvaise qualité, voire dangereux pour leur santé.

Pierre-Yves Dermagne, ministre de l’Economie

Dans la perspective de la Journée internationale des droits des consommateurs, le SPF Economie a lancé une campagne visant à sensibiliser cette population particulièrement active sur le net… mais souvent peu consciente des risques liés à l’achat de produits contrefaits.

Real influenceurs… fake products

Pendant une semaine, huit influenceurs belges ont fait la promotion d’un site web créé spécialement pour la campagne. C’était un nouveau site mais faux qui vendrait des produits à petit budget.

Après une première réaction enthousiaste sur ces offres « trop belles pour être vraies », les influenceurs ont très vite révélé certains problèmes et dysfonctionnements, qu’ils ont partagés avec leurs followers. Après quelques jours, ils ont dévoilé la supercherie et ont délivré un message à leurs followers sur les risques liés à la contrefaçon et son impact négatif pour les marques et la société en général.

Les produits utilisés étaient des cosmétiques, des articles de mode, des composants électroniques et des jouets. Pour chacun, un message spécifique a été délivré (par exemple les risques pour la santé des cosmétiques contrefaits, le risque d’explosion des produits électroniques, le risque d’étranglement ou d’asphyxie avec les jouets…).

En plus d’alerter sur les risques en matière de sécurité, cette initiative a permis de rappeler que la contrefaçon est souvent une source de financement d’activités criminelles telles que le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, la traite d’êtres humains, etc.

La contrefaçon peut aussi frapper au portefeuille : acheter des objets contrefaits, c’est dépenser de l’argent pour des produits de mauvaise qualité et sans aucune garantie. Vous risquez également de ne jamais les recevoir s'ils ne sont pas envoyés ou s’ils sont interceptés à la Douane.

La contrefaçon constitue enfin une concurrence déloyale pour les marques et un désastre pour l’économie. Rien qu’en Europe, on estime l’impact négatif de la contrefaçon à 60 milliards d’euros.

Nous rêvons tous d'une offre qui semble trop belle pour être vraie. C'est humain. En revanche, le fait que des escrocs s'en servent avec empressement est absolument répréhensible. Par conséquent, regardez toujours très attentivement ce que vous achetez et où, vérifiez la fiabilité à l'aide de références et consultez la politique de retour. Vous éviterez ainsi de perdre votre argent et de vous retrouver avec des articles contrefaits. Et ne vous y trompez pas : ce qui semble trop beau pour être vrai l'est souvent.

Eva De Bleeker - secrétaire d’État à la Protection des consommateurs

La campagne de renforcement de la lutte contre la contrefaçon et la piraterie est une initiative du SPF Economie, en collaboration avec les influenceurs : Timothy Mudiayi, Jaël Ost, Vinz Kanté, Dorien Reynaert, Daniela Prepeliuc, Zoë Galliaerdt, Yara Desmet, David Antoine

Dernière mise à jour
13 mai 2022